Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 14:34

Quand faut y aller, faut y aller ! Le gouvernement jusqu’à présent a entretenu l’illusion du changement. Les amuses bouches servis à ses électeurs peinent à calmer leur fringale de réformes et n'abordent aucuns des maux n fois identifiés et parfaitement répertoriés dans les discours du candidat président. Bien inutiles ces commissions, ces rapports qui s’accumulent et que Sarkozy nous ressert à profusion : du déjà vu avec tous les précédents gouvernants. Ah ! quand nous servira-t-on les plats de résistance ? 


C'est au bon vouloir du président, selon Fillon qui serait prêt sur les régimes spéciaux de retraite à changer de tempo, histoire de mettre la pression sur le chef. Tout ce tintamarre n'est donc qu’artifice de communication, et si c’est le prix à payer pour mettre les ruptures décisives au menu, alors banco !


Reste la nécessité pour le gouvernement d'obtenir un consensus "populaire" minimum pour des mesures que le bon sens rend indiscutable et l'économie incontournable : allongement de la durée de la vie active, allègement des coûts salariaux, fluidification du marché de l’emploi, réduction du poids des administrations, pour ne citer que celles qui ne font pas débat, sans même évoquer la nécessité de remettre en cause les fondamentaux de l’assurance maladie... l'alignement des durées de cotisation retraite n'est en comparaison qu'un hors d'oeuvres bien digeste !


Mais la gente syndicale de la fonction publique arc-boutée sur la défense de prérogatives et de privilèges indécents prend déjà l’opinion à parti. Le PS incapable de faire la synthèse entre une posture d’opposant et l’adhésion aux mesures d’équité prônées par Fillon se complet dans le verbiage incantatoire. In fine la tâche du gouvernement en sera simplifiée s’il accepte temporairement de sacrifier quelques points de popularité pour s'acquitter du mandat qu’il a reçu d’une majorité de français. Son opposition est incapable de propositions, entraînée dans une surenchère gaucho-démago.


Cet alignement des régimes spéciaux de retraite sur la règle commune sera le seul test de la capacité du président à passer des mesures symboliques aux plats de résistances et à proposer aux français du "consistant" à se mettre sous la dent. Car nul ne peut imaginer un recul qui signerait l'échec cuisant de toute ambition réformatrice et la "mort" de Sarko.
 
Alors chef, qu'est ce qu'on attend ?



 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Jean-Philippe 17/09/2007 03:08

Ben voyons...Retirer les régimes speciaux, revoir les lois contre la délinquance financière (sachant que la délinquance économique coûte plus cher à la collectivité que toutes les autres délinquances...), taper sur les doits des Préfets qui n'expulsent pas assez et intervenir dans tous les domaines, sans tenir compte de la constitution de 1958, réaliser de nouvelles ponctions supportées par les seuls malades dans le cadre des  franchises médicales,...L'ensemble de ses mesures ne déservent que les moins aisés d'entre nous ; alors oui, il s'agit d'une manière générale d'opposer les Français par des mesures de discrimination.Que les régimes spéciaux soit modifiés, pourquoi pas, mais non pas d'une manière générale, mais en prenant chaque régime un par un et, entre nous, c'est vraiment pas ce que les Français attendent en premier...Parlons plutôt des taux de croissance et de la reprise économique tant anoncée et tant attendue....Bien à vous,

grutman 10/09/2007 23:23

Qu'est-ce que vous attendez pour arrêter d'opposer les gens les uns aux autres ?

Candide 11/09/2007 14:55

C'est l'ultime argument : "il ne faut pas opposer les français entre eux". Quand on ne sait plus comment justifier l'injustifiable on prend une posture à la Salomon et on s'indigne d'une réforme au prétexte qu'elle réduit le fossé entre les profiteurs, les bénéficiaires du toujours plus et la majorité qui devrait se taire et continuer à cracher au bassinet pour ne pas déplaire aux adeptes du politiquement correct. Ce n'est pas notre tasse de thé.

J CB 10/09/2007 18:39

votre libéralisme forcené vous égare. Votre vérité n'a de cohérence que dans un système de valeurs que rejette beaucoup de français. J'espère qu'ils mettront en échec les réformes Sarko, comme ils avaient eu raison des projets Juppé.