Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 21:23

Une volée de bois vert c'est ce que Sarkozy a expédié aux responsables de la BCE. La posture présidentielle renvoie aux méthodes franco françaises les plus éculées qui consistent à s'attribuer un rôle professoral, à dicter le vrai – ce qu'on ne fait pas- et décider du faux, ce que les autres font. Les français souvent et les gaullistes ou ceux qui s'en réclament plus souvent encore, se sont spécialisés dans cette démarche là.

Sarkozy nous promettait la rupture, il nous offre la continuité dans le registre le plus détestable de l'arrogance gallique.

Fustiger la banque centrale européenne n'a de sens que si l'opprobre est jeté par une large majorité de pays. Mais lorsque la critique est circoncise à un seul pays, qui se dispense de respecter les critères communs à tous les membres de l'union, on sent la manipulation.

La France n'a pas le monopole des distorsions par rapport aux exigences budgétaires, mais d'autres pays ont la décence de rester discrets et s'interdisent de donner des leçons d'orthodoxie financière alors qu'ils dérogent « aux minimum syndicaux ».

Ce n'est pas le cas de la France dont l'outrecuidance est sans limite, que peut venir une critique audible de l'attitude la banque centrale. Sarkozy devrait commencer par balayer devant sa porte avant d'invoquer la responsabilité de la BCE, de l'euro fort quand ce n'est pas de Voltaire pour justifier la mauvaise performance de notre économie.  L'irresponsabilité de nos dirigeants transcende tous les courants de la vie politique nationale. Mais à l'échelle européenne c'est à un total discrédit que la diatribe sarkozienne nous conduit.

Sur ce terrain Villepin n'a pas tort de stigmatiser en Sarkozy un imprécateur. Même si  coté discrédit, l'ancien premier ministre ne craint aucune concurrence.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires