Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 21:22

fct.jpgIls sont connus, ils vont devenir célèbres, on ne parle plus que d’eux. Leur nombre n’est pas insignifiant – vingt trois mille, mais comparé à la population dont ils sont issus, plus de cinq millions, ils ne sont qu’une goutte d’eau, mais de cette goutte qui fait déborder les vases.

 

Ils défilent sur nos écrans de télé dès que l’on parle de budget. Quand va-t-on enfin les présenter ? Quand vont-ils descendre dans la rue pour qu’on puisse leur donner un visage, les interroger ? Qu’est ce que ça fait de ne pas être remplacés ? Mais impossible de les rencontrer, ils se réfugient derrière un anonymat qui nous renvoie au temps des hygiaphones des demoiselles du téléphone.

 

Pourtant à en croire leurs syndicats, leur absence va détériorer les services publics, leur non remplacement va faire de nos enfants des ignorants, des malades des mourants, et condamner les agents restant à avoir leurs citrons pressés.

 

De qui se moque-t-on ?

 

Un retraité sur deux ne sera pas remplacé, soit moins de un demi pour cent de l’effectif de cette Administration que le monde entier nous envie. Cette fonction publique et pléthorique qu’aucun gouvernement n’a osé réformer, qui s’arc boute sur un statut que Louis XVI lui-même n’aurait pas songé à octroyer à ses plus fidèles courtisans, de crainte d’une révolution.

 

Mieux vaut sourire que s’offusquer. Mais l’auto dérision n’est pas pratiquée par cette caste là. 

 

D'ailleurs les cimetières aussi ne sont-ils pas peuplés de gens irremplaçables ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

Pro-V. 04/10/2007 11:07

Ah ah ah Jean-Luc (comm 2) :"Mon épouse fait plus de quarante heures PAR MOIS"cher ami, c'est bien ce qu'on lui reproche !!!(Et le reste du temps elle fait quoi ?.........)

sam 29/09/2007 13:30



Une remarque un peu hors sujet (quoi que) ... Sur les 2300 postes non-renouvelés dans la fonction publique, je ne m'attarderais pas a polémiquer. La réforme avait été annoncée. Les français ont voté. La réforme se met en place ... rien a redire. Toutefois, il serait opportun d'expliquer aux français que réduire les dépenses publiques et le nombre des fonctionnaires conduira aussi a réduire l'action de l'état. Même si je suis pour une réduction drastique de la sphère d'action de l'état (et bien plus importante que ce que nous constatons actuellement), je ne suis pas certains que tous les français qui ont voté Sarkozy l'aient bien compris dans ce sens! il me semble donc que, si la France peut supporter la vérité (comme le dit le livre de François Fillon), peut-être faut-il oser la lui dire cette vérité? Par contre, ces 23000 non-renouvellement cachent un autre phénomène bien plus inquiétant. Dans tous les lycées, collèges, et écoles de ce pays, des personnes avaient été embauché en C.A.E. (contrat d'accompagnement a l'emploi), pour répondre a "des besoins publics non-pourvu"; notamment en nouvelles-technologies (maintenance informatique, gestion et administration des réseaux, assistance des utilisateur, gestion du passage de l'ASSR et du B2I, etc etc) Or, en cette rentrée 2007, ces emplois (certes précaires) sont supprimes par centaines dans toutes les académies. Le problème, c'est que le besoin est toujours présent et que RIEN n'est prévu pour le pourvoir (contrat de maintenance avec une ss2i par exemple). Il semble que l'on postule, dans les ministères et a l'élysée, que les profs pourront effectuer ses taches en heures supplémentaires. Mon cher candide, je puis vous affirmer qu'ils en seront (pour plus de 95% d'entres eux) totalement incapables et cela pour la simple raison qu'ils n'en ont pas du tous la compétence. Autrement dit, des millions sont investis par centaines pour l'achat et le renouvellement régulier du matériel informatique, l'acquisition de tableaux numériques, et la progression constante des NTIC dans l'enseignement. Par contre, personne ne semble songer aux besoins que cela engendre: le besoin de maintenance et d'infogérence. J'en parle en connaissance de cause: le réseau informatique du collège que je viens de quitter (pour cause de non-renouvellement de mon contrat) était dans un tel état il y a un an (quand j'y suis arrivé) que les pannes se comptaient par dizaines CHAQUE JOUR! rendant complètement impossible l'utilisation du matériel si chèrement subventionné par le contribuable. Au jour d'aujourd'hui, alors que le besoin de maintenance va croissant (3 nouveau tableau numérique a la rentre, soit 5 au total, 30 nouveaux postes soit plus de 150 au total, la mise en place d'un environnement numérique de travail, l'acquisition de solutions de sauvegarde, la migration complète des switch, etc etc) tout va être laissé a l'abandon car personne (et je dit bien personne) dans ce collège n'a les compétences de gérer cela (sauf a leur prodiguer plusieurs mois de formation accélérés ... et encore ...) L'investissement du contribuable dans ce matériel se monte a plus de 20000 euros pour cette année (et plus de 150000 euros sur le total du parc) mais sera non-utilisé car PERSONNE dans les ministères n'a pensé a la maintenance! Un ordinateur, ça tombe en panne parfois! un réseau informatique ça tombe en panne souvent si l'on n'y prend pas garde ... que l'on supprime les postes précaires est une bonne chose, mais il faudrait voir a ne pas sombrer dans la bêtise crasse en croyant qu'ils ne servaient a rien et qu'une ligne budgétaire pour la maintenance est inutile. Pour conclure mon commentaire, je tiens a vous rappeler cher candide que si je suis moi aussi libéral, je ne suis pas pour autant partisan de la stupidité! Investir encore cette année des centaines de millions (sur toute la France) dans du matériel informatique sans prévoir ne serait-ce que 1% de cette somme pour la maintenance du matériel (en sous-traitante avec des entreprises privée par exemple) ... c'est une gestion tout a fait digne du bon vieux temps de l'URSS et cela conduira au même résultat. Attention donc a ne pas confondre reforme et bêtise ;-) Si l'on réduit le nombre de personnels, il faut aussi réduire le nombre de service et d'investissements sinon cela va tourner au grand gaspillage et donner un résultat encore pire que l'actuel. sam

Candide 29/09/2007 16:58

Argument imparable ! C'est cette logique qui a fait échouer les plans "calcul" qui dans les années 80 à 90 prévoyaient l'informatisation des classes primaires. Impossible de budgéter les frais de fonctionnement et de maintenance. des ordinateurs acquis à des prix très attractifsLa comptabilité publique d'une part, les lourdeurs administratives qui empêchent des solutions au cas par cas génèrent la situation "ubuesque" que vous décrivez.Est-ce à dire qu'il faut en plus maintenir un "sur effectif" global ? Non, c'est le transfert de compétences, transfert que n'importe quelle entreprise privée saurait gérer pour s'adapter, qui est impossible ds le cas décrit.L'adaptation est la condition de la survie de l'entreprise privée, elle est redoutée, freinée, quand ce n'est pas sabotée dans la sphère publique. Tel est le défi de sarkozy !

Phil Charton 27/09/2007 21:04

Pffffff. Le second degré? Mais tu le connais toi Candide? Pro Sarkosyste aveuglé (j'ai aussi voté pour lui mais je reste objectif quant à sa politique....) tu réfutes toutes idées contraire à LA politique du gouvernement actuel aveuglément avec ta seule pseudo qualité d'écrivain amer... Toujours contre tout.... au fait c'est vraiment un pseudo ton m.coudert@yahoo.fr? 

mamyblue 27/09/2007 14:32

il est intéressant en effet de comparer la situation des fonctionnaires à celle des "privilégiés" de l'ancien régime, comment ils ont tiré sur la corde, et à quoi cela a abouti: les similitudes sont flagrantes et ont été d'ailleurs révélées par un sociologue dont j'ai oublié le nom...De plus, ce n'est pas le nombre d'élèves dans une classe qui fait la valeur d'un enseignement: 36 élèves, et alors? J'ai fait mes études dans des classes de 40... c'est seulement plus de travail pour le professeur, corrections.... mais si son cours est bien fait, tout le monde peut apprendre à condition d'être motivé pour cela. Médecine? J'adhère à ce qui est dit: plus de médicaments, plus d'examens, ou plus de médecins ne fait pas une meilleure santé.

alexandre 27/09/2007 12:18

jean luc je ne partage pas l'opinion outranciere de Candide mais vous ne pouvez pas cacher derriere un ou deux exemples une realite qui est ubuesque:moins il y a d'agriculteurs et  plus il y a de fonctionnaires pour s'occuper de l'agriculture ; moins il y a d'eleves au lycée et plus il y a d'enseignants. etc etc. Le poids des depenses courantes ne fait que d'empecher une meilleure allocation des ressources aux investissements qui sont laminés année apres année. Alors cessons de multiplier les niveaux de pouvoir en France qui creent des postes redondants