Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 10:02

Il s’en est écrit des milliers, tous inspirés par la quête de la vérité, par la découverte d’un nouveau document, par la poursuite d’une enquête encore plus fouillée et tous de conclure que l’histoire officielle n’est qu’un beau roman, mais que la réalité n’a pas pu être celle que nos manuels d’histoire continuent de nous conter.


Elle, c’est la Pucelle, la libératrice d’Orléans. Le dernier opus* publié par deux journalistes n’apporte aucune pièce nouvelle. Il détruit l’icône par une perversion du raisonnement. Puisque les faits et gestes qui lui sont attribués sont hors de portée d’une bergère de Domrémy, donc ce n’était pas elle. On part de la conclusion à la quelle on veut arriver et on démonte les faits qui ne corroborent pas cette version.
Cqfd.


arc.jpg Une bergère de Domrémy ne parle que le patois, ne peut chevaucher un destrier, ne saurait reconnaître Charles VII déguisé parmi ses courtisans, ni se faire confier et commander une armée pour bouter les anglais hors de France. Inutile d’ajouter qu’elle ne saurait entendre les voix dont elle s’est recommandée. Seule une bâtarde de rang royal aurait pu accomplir cette mission.


C’est la thèse des auteurs de croire à la mystification collective et à la manipulation orchestrée par une reine oh combien calculatrice et inspirée …par les exploits de nos modernes KGB, Mossad et autres CIA. Mais l’histoire ne se refait pas à reculons.


On laisse à l’improbable lecteur la découverte des derniers épisodes d’un feuilleton haletant qui conduit Jeanne, dite Claude dans une seconde vie, auprès d’un tendre époux dont elle eut de… nombreux enfants.


On suggère aux apprentis historiens en quête de gros tirage de s’intéresser à Vercingétorix qui ne défia pas César, au soldat qui n’ébrécha pas le vase de Soissons, au chevalier Bayard qui n’était ni sans peur ni sans reproche, à Clovis qui ne devint pas catholique, à Louis XVI qui ne perdit pas la tête, et au soleil qui permit à Grouchy de devancer Blucher et à Napoléon de vaincre les alliées à …Waterloo. La suite laissée à votre imagination. Mais laissez les cendres de notre Pucelle reposer en paix, elle vous aura évité de boire du thé  !

 

 

* L’affaire Jeanne d’Arc par Roger Senzig et Marcel Gay

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Bonnes feuilles
commenter cet article

commentaires

Nico2312 04/10/2007 10:37

chapô pour ton titre !!! :-)))

yanndarc 03/10/2007 22:14

Votre article m'a bien fait sourire. Bonne continuation.

Daumont Jean 03/10/2007 15:10

   Vieille histoire ... L'historien que je suis peut vous rappeler qu'il y a déjà 50 ans les spécialistes du Moyen-Age avaient déjà étudié le problème, notamment Maurice Perroy, auteur d'une Histoire de la Guerre de Cent Ans, qui avait consulté à Londres des archives prouvant que la "fameuse Pucelle" avait survécu après son arrestation... Il avait également montré que le personnage n'avait pas eu en son temps l'importance qu'on lui a attribué tardivement à partir du 19ème siècle (Michelet) dans un contexte de "nationalisme"... Même chose pour Vercingétorix, dont on a fait alors un héros... surtout parce que Jules César lui attribue de l'importance dans sa "Guerre des Gaules" pour mettre en valeur sa propre victoire, alors que la conquête contre d'autres chefs de clan était loin d'être terminée...