Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 18:49

Tous les ingrédients sont réunis, le fric, la caisse noire, des grands noms du patronat, des perquisitions et la lancinante question : où est passé l’argent ?

Et pourtant la mayonnaise ne prend pas !

Il doit manquer un peu de piment, une once de sexe, et un suicide en deux temps pour donner à ce fait divers la résonance d’une affaire d’Etat. Les spécialistes de la bronca médiatique n’entonnent aucun des couplets qui leur servent de rengaine ; on les a connu plus prompts à emboucher l’olifant. 

15 millions d’€ volatilisés, comme le reconnaissait un socialiste, expert en enveloppes (pléonasme ?) : « on ne va pas s’exciter pour si peu »*. On en est resté comme deux ronds de flan. Chez Thibault comme au pays de Chérèque personne n’a rien vu passer, même pas l’ange qui déposait les biftons. Car tous s’accordent sur un point, l’argent du Medef est bien resté dans le petit monde feutré des partenaires sociaux. Mystère à la française, secrets de Polichinelle dans le milieu syndical, arrangements entre copains. A force de négocier du soir au matin, quoi de plus machinal que des petits arrangements de la main à la main.


Tous sont au courant, mais préfèrent le statu quo à la transparence qu’imposerait un financement public. Devant les radios les télés ils bombent le torse, nos leaders syndicaux ! et jouent les matamores : les patrons vont voir  ce qu’il vont voir, et derrière les murs aveugles des immeubles cossus du patronat on reçoit des prébendes pour prix des sinécures. Ainsi vont les négociations dont les aboutissements surprennent parfois les naïfs qui s’étaient endormis sachant que rien n’allait plus et se réveillent à potron-minet pour découvrir que l’accord est conclu.  A quel prix ? On ne le saura jamais.


Et puisque à l’évidence quelqu’un a vendu la mèche, on peut s’interroger : Qui avait intérêt à en payer le prix ?

 

  *  Vincent PEILLON, sur LCI

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Pascal Hervé 13/10/2007 19:04

Il semble bien curieux que cette affaire de transfert de fonds éclate aujourd'hui,alors qu'elle semble connue de longue date.Mais au fait,Mr Sarkozy de Nagy-Bocsa n'a-t'il pas un frère,candidat malheureux à la vice-présidence du MEDEF et ordonnateur des pompe- funèbre de première classe de l'industrie textile française?Sous couvert de moralité publique,n'assisterait-on pas à un vulgaire règlement de compte,quand on sait que la voix du "comité des forges" reste prépondérante dans les élections du syndicat patronnal français?Le locataire actuel de l'Elysée serait un bien piètre gouvernant qui songerait à tirer de si grosses ficelles!

eric 09/10/2007 15:07

En effet bien penauds sur ce coup là les syndicats.. Les socialistes aussi d'ailleurs.Quant aux trotskistes, c'est silence radio.Parisot ?.. Savait pas..Que se passe t -il donc ?Décidément, l'hypocrisie est la meilleure des rassembleuse...

bernard 08/10/2007 20:00

omerta syndicale ... l'affaire n'ira pas loin .