Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 09:41

10 ans déjà ! 10 ans que l’économie vit au rythme des RTT. 10 ans que la polémique s’est installée sur les bienfaits méfaits des lois Aubry* qui, depuis, virent la gauche perdre toutes les élections et la France perdre plusieurs rangs dans le classement des pays industrialisés.


rtt.jpg Les chiffres subodorés du nombre d’emplois créés, que s’échangent avec quelques noms d’oiseau ses avocats et ses détracteurs, ne trouveront jamais d’arbitres pour les valider. On retiendra seulement qu’aucun pays à économie comparable ne s’est engagé dans une réduction du temps de travail, au contraire plusieurs, dont l’Allemagne, en ont allongé la durée.


Mais le paradoxe le plus inattendu ressort des études d’opinion qui nous sont livrées avec force détails : le français aime sa RTT, l’individu qui a acquis cet avantage, quelque soit son tropisme politique, y est attaché. C’est la collectivité qui finance le bien être de quelques uns par des coûts exorbitants mis à la charge du pays et par un retard évident dans notre développement. Mais chaque français pris à part y est favorable, s’il en est l’heureux bénéficiaire.


La loi RTT promulguée par les socialistes - les champions du "jouer collectif" -  a sonné la victoire de l’individualisme, du salarié sur la Société qu’elle a ponctionnée. Ce paradoxe interdit à la droite d’abroger des mesures pourtant anti économiques mais plebiscitées par ses électeurs et oblige la gauche à s’enferrer dans une rhétorique de l’illusion pour mystifier les siens en prétendant que les 35 heures favorisent l’intérêt général aux dépens de l’intérêt particulier. Ce qui est à l’évidence une contre vérité.


D’où les échecs de la gauche dans les urnes. Ses électeurs ont perçu la contradiction entre l’intérêt collectif et les 35 heures au bénéfice individuel, et au résultat globalement contre productif.


En politique aussi, l'enfer est pavé des meilleures intentions.

 

 

* Lois Aubry, votées le 10 octobre 1997

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article

commentaires

gerard 10/10/2007 18:19

L'election de Sarkozy est l'arbre qui cache la foret de l'individualisme forcene des français d'aujourd'hui qui ne se retrouvent que dans le culte de l'immediate jouissance et de l'exercice de la "liberte individuelle" envers et contre tout interet general y compris au plus haut niveau des elites qui montrent l'exemple.Douce France ,pays de mon enfance