Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 09:57

Ne sont-ils pas les enfants chéris de la république, les plus chers aussi ? L’état leur paye après le bac encore dix années d’étude, les nourrit et leur versent un traitement.


Pour toute reconnaissance les internes en médecine ont décidé de se mettre en grève !


C’est qu’après leurs études ils seront payés par la collectivité, ils pourront dépenser l’argent du système de santé, collecté chez les assurés sociaux sans qu’aucun compte ne leur soit demandé ! Quelle autre profession que les médecins peut tirer un chèque en blanc sur un compte illimité ?


Les carabins, futurs internes des hôpitaux, fleuron du système de soin à la française, ont décidé de se mettre en grève. Ils ne veulent s’installer et n’exercer qu’à l’endroit où ça leur plait, pus souvent sur le bords de la méditerranée qu’au milieu d’un quartier défavorisé. Ils contestent au ministère de la santé la prétention de connaître le lieu où la communauté a besoin de leurs soins.


Bien entendu ce sont les mêmes qui s’indignent de la fermeture d’un bureau de poste en zone rurale, ou d’un service public dans une cité. Mais eux n’ont aucune obligation vis-à-vis du service de santé. Ils en sont les futurs mandarins et entendent bien que leurs privilèges soient sauvegardés. Les apothicaires* dont on a déjà parlé ne menacent-ils pas de saboter le système de remboursement ?


Si leur grève devait prendre l’ampleur qu’ils en espèrent il faut souhaiter qu’un ministre rappellera à ces chérubins qu’ils sont les enfants gâtés de la république, qu’ils ont le devoir de servir  la collectivité là où les français ont besoin d’eux. Personne n’oblige personne à devenir médecin aux frais de l’Etat.


Mais si à l’égal des polytechniciens ils veulent acheter leur liberté ils ont toute latitude pour rembourser à l’Etat leurs frais de formation. Aucun doute que cette suggestion ne fasse un tabac parmi les grévistes. Ne savent-ils pas mieux que quiconque que le tabac n’est pas sans danger.

 

*  Lire aussi : la fronde des apothicaires

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

Candide 25/10/2007 16:46

@ candida ce que vous écrivez est probablement correct et ne contredit nullement l'estimation faite du coût pour la collectivité de la formation d'un(e) interne. Personne ne prétend qu'ils ont volé la collectivité : ils ont été formés par sa contribution. Vous en appelez à l'obligation de moyens qui s'impose aux praticiens alors qu'elle n'entre pas dans ce débat. Par contre là où je vous rejoins c'est sur la confusion chez les Internes entre l'exercice libéral qui leur toujours OFFERT (déconventioné) et l'exercice semi libéral (CONVENTIONNE) que le gouvernement souhaite, à l'aide d'incitations, mieux réguler.Quant à imaginer que la main invisible du marché équilibrera naturellement l'offre des soins médicaux,c'est faire table rase d'un passé récent qui contredit cette hypothèse. D'où la nécessité dans un système semi libéral de cette régulation. cqfd.

Candida 25/10/2007 13:43

Les procès d'intention n'ont jamais apporté de solution et encore moins quand ils sont écrits dans une démarche démagogique ayant pour but d'opposer ceux que vous appelez l'état, les contribuables et les étudiants en médecine.L'état ne paye aucune année d'étude, c'est l'assistance publique qui verse un salaire imposable aux étudiants à partir de leur 4ème année; et je ne polémiquerai pas sur le montant de ce salaire(99 euros par mois en 4 et 5ème année, 198 euros en 6ème année).L'inscription en faculté de médecine est payante, pendant toute la durée des études soit plus de 5000 euros et leur logement ne leur est pas offert ni leur frais pendant 6 ans : ce sont des étudiants, rien d'autre.Et une fois interne en médecine, ils perçoivent un salaire en échange de 55 heures par semaine pendant lesquelles ils assurent la continuité des soins, gèrent les problèmes administratifs des patients et sont soit aide-opératoire ou consultant aux urgences et dans les services hospitaliers.Ils ne volent pas cet argent, payent des taxes et des impôts sur le revenu sur ce salaire qui s'élève à 1450 euros brut (et oui!) par mois.Et après 9 ans pour des généralistes, 11 ou 13 ans pour les spécialistes, il ne leur appartient pas de subir les conséquences du non-aménagement du territoire.Quel manque de respect que de laisser supposer à vos lecteurs, comme le font les grands médias télévisés, que les futurs docteurs ne vont s'installer qu'au bord de la mer délaissant leurs concitoyens ruraux et ceux des quartiers défavorisés.Avancez donc des chiffres, comme les internes le font, plutôt que de copier le style de la ministre de la santé actuelle qui généralise à l'ensemble du territoire le problème qui existe pour 4% du pays.Et si l'on parle d'obliger les gens, l'obligation de moyen est l'obligation à laquelle sont soumis les médecins et ils la doivent à leurs patients, ils sont d'ailleurs responsables devant la loi sur cette obligation; ils n'ont pas d'obligation de service publique en tant que médecins libéraux ou bien faudrait-il préciser que libéral et public sont désormais synonymes.Et ils n'ont rien à rembourser car ils ont gagné leur salaire honnêtement, ils n'ont rien volé à la collectivité d'autant qu'ils ont choisi d'apprendre ce métier que je, que vous n'avez pas décidé de faire.Parce que nous savons tous les deux que notre situation respective est bien plus confortable puisqu'il est plus aisé de s'en remettre à quelqu'un, notamment pour sa santé, que de faire le long parcours qui mène à prendre des responsabilités.Donnez carte blanche aux jeunes médecins qui, espérons le, saurons résoudre le problème de la désertification médicale bien mieux que ne l'ont fait les gouvernements successifs depuis 20 ans et qui nous ont tous mis, patients et médecins, dans la situation actuelle.

annie 25/10/2007 10:21

Mon dieu, que votre pseudo vous va bien. Pour ma part je vais vous laissez à vos divagations, n'oubliez pas de prendre regulièrement votre traitement, et de bien vous proteger contre les mauvaises ondes envoyées par tous les medecins nantis, pharmaciens, notaires, et tous ceux qui on manifestement ont mieux reussi que vous, grâce à votre argent.Adieu et Merci encore.

Candide 25/10/2007 16:35

Vous avez raison de quitter la scène :  faute d'arguments, vous invectivez !Votre fiel n'atteint pas sa cible : dormez en paix

Candide 25/10/2007 09:45

@ Annie, puisque vous m'offrez la possibilité de compléter votre formation - à titre gracieux - je vous donne ci après les résulltats publiés par "l'observatoire des études supérieures"Coût annuel d'un étudiant  de 7 à 13.000€ selon les filières.Coût pour 12 annnées d'études : moyenne 120.000€ dont 75% à la charge de l'Etat.Ca mérite peut-être une considération pour ceux qui ont financé votre effort - sachant que j'omets volontairement les rémunérations qui vous ont été versées et qui en toute logique viennent s'ajouter à ce montant.source le site du ministère de l'éducation nationale.http://www.boivigny.com/Un-etudiant-dans-une-universite-publique-coute-6-820-euros-par-an_a126.html je reste à votre disposition pour poursuivre cette discussioncordialementCandide

annie 25/10/2007 09:26

Alors expliquez-moi je vous en pris, votre si belle théorie, je n'en puis plus, je suis suspendue à vos lèvres..