Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 21:52

Les ruptures dont on parle à satiété se résument pour bon nombre de français en une aggravation - momentanée ? - de leurs statuts. Inutile de tourner autour du pot, si vous êtes assujetti à l’un de ces régimes spéciaux, si vous jouez avec les Assedic ou simplement si vous êtes l’un des petits bénéficiaires de ces avantages acquis au cours de ces luttes homériques dont se nourrit la fierté syndicale, vous serez les perdants du quinquennat. On vous avait prévenu et d’ailleurs vous n’avez pas donné votre voix à l’ordonnateur de ce grand chambardement. On vous comprend.


En revanche si le dispositif du paquet fiscal, les fameux 12 ou 13 millions d’euros d’allègements vous concernent à un titre ou à plusieurs autres, vous êtes du bon coté du manche, et en majorité vous avez mis le bulletin ad hoc dans l’urne. Vous en avez le remerciement.


Mais les choses se compliquent quand le « momentanée » dont il était question semble de voir laisser place à la durée, à moins que ce ne soit à l’éternité alors que les « cadeaux » consentis aux mieux nantis ont été attribués sans paraître produire les effets escomptés qui rendraient temporaires les efforts des moins favorisés. La croissance était censée tout redistribuer à la satisfaction du plus grand nombre.


lag.jpg Alors quand Mme Lagarde annonce que le dispositif du bouclier fiscal, celui qui évite la surimposition des mieux lotis d’entre nous, n’est pas contre balancé par l’application d’un seuil minimum de prélèvement sur ceux qui bénéficient de cette exonération, on est en droit de douter de l’équité de la politique mise en place.


Autant l’égalité et sa recherche forcenée mènent à l’utopie, autant l’équité et la perception de justice à la quelle elle est attachée sont le ciment de la cohésion de la société. En renonçant à fixer un seuil minimum d’imposition pour les plus fortunés le gouvernement prend le risque de s’aliéner ceux qui ont cru en son honnêteté.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article

commentaires

mathilde 17/10/2007 17:21

A mon avis Candide se met les pieds dans le tapis. Le seui minimum d'imposition ne concerne pas les plus riches mais seulement ceux qui beneficient de reductions "à hauteur de leur imposition "avant abttements speciaux". Ainsi un petit retraité de mes amis qui donne suffisemment aux oeuvres pour voir annuler son modeste IRPP se trouverait ainsi taxe. Il ne lui restera plus qu'a moins donner au Secours Catholique

bibi33 17/10/2007 08:52

le montant evalue de non recette du paquet fiscal est de 12 a 13 MILLIARDS

Candide 17/10/2007 09:56

Bien évidemment ce sont des milliards d'€   et merci pour la rectification de ce typo