Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 17:51

La hausse substantielle du prix du gaz oïl a des répercussions significatives sur le coût du transport voire sur les coûts de « production ». Dans le cas des marins pêcheurs c’est double peine ! Traîner le chalut comme naviguer jusqu’aux zones de pêche requièrent le double plein de gaz oïl. Et plus il est détaxé plus l’impact d’une majoration du prix à la pompe est élevé ! 

Quadrature du cercle pour nos éminences. Subventionner c’est s’écarter de la vérité des prix, c’est faire subir une discrimination à ceux qui n’ont pas les moyens de faire pression. C’est favoriser une activité sinistrée mais qui s’interdit l’autodiscipline garante de sa pérennité.

Pouvoir de nuisance élevé, charge compassionnelle forte : la pêche forme une corporation habituée aux coups de gueule et aux prises d’otage.

Tout comme les taxis, les ambulanciers, les autocaristes, les chauffeurs routiers sont frappés directement par la hausse du baril.

chalut.jpgLe choix n’est qu’apparent. Demander à la collectivité de compenser cette hausse structurelle c’est nier l’esprit de Grenelle. Grenelle n’a valeur que si les dispositions prises dans ce forum s’appliquent aux professionnels et à ceux les plus directement concernées : les professionnels du transport. Retarder la vérité des prix serait une double incohérence. Incohérence vis à vis des émetteurs de CO², incohérence vis-à-vis des décideurs économiques qui doivent intégrer le vrai coût du transport dans la formation du prix. Incluant le coût d’une énergie fossile taxée selon les taux en vigueur. Le particulier sera sollicité par l’effet de cette répercussion. Il acquittera sa part en aval, par la hausse des prix de détail.

 Les dérogations dont bénéficient ces activités constituent des incitations maléfiques qu’il est temps – au nom de saint Grenelle, si on n’a pas le courage d’assumer autrement ce choix, de remettre à plat.

 
Les marins pécheurs en donnent en toute « innocence » l’opportunité au gouvernement…la suite au prochain JT.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires

denis 04/11/2007 09:37

l'urss reste le modèle pour l'état français. son administration ressemble à une association caritative qui aurait détourné les dons. tout est bon à prendre. essence et tout le reste. voir sarko expliquer au bon leclerc que les prix sont trop élevés quand il suffirait à l'état de racketter moins pour les faire baisser est piquant... quant au grenelle, foutons nous en bien fort. le climat se réchauffe peut être, l'activité humaine n'y est pour rien... encore le prétexte pour de nouveaux rackets. comment après giscard chirac mitterand peut on encore espérer quelque intelligence de nos dirigeants ?