Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 21:06

Peut-être n’est ce qu’un parcours initiatique, une sorte de bizutage pour accéder au statut de vénérable étudiant. Un exercice convenu pour marquer la rupture avec l’école de papa. Ce n’est pas réservé à la crème, à l’élite de nos facultés. C’est plutôt destiné à ceux qui ne savent pas à quoi leurs études les destinent. Ces milliers d’étudiants qui « glandouillent » sur des campus en attente de cours de sociologie, de psychologie, de jenesaisquoi-logie qui mènent à encombrer la fonction publique avec des certificats d’études complaisamment distribués ou à pointer aux Assedic.


Ni futurs informaticiens, ingénieurs, avocats, commerçants ou gestionnaires dans cette foultitude estudiantine qui chaque année décide de faire une grève. Non, de la graine de fonctionnaires, de futurs adhérents du PS. Il faut bien que PS et UNEF renouvellent leurs cadres, les forment sur le tas et expliquent par des grèves-TD comment s’organise une contestation, se bloque une université, se ruine une année de labeur pour ceux qui par malheur avaient prévu d’étudier.


Peu importe le motif, au demeurant inutile puisqu’on est dans le domaine du rituel, l’essentiel c’est que les médias s’emparent du mouvement. Et tant pis si les moyens pour y parvenir ont tout de méthodes fascistes : elles seront bénies par les socialistes qui toujours à l’affût d’une récupération se précipitent sur la moindre contestation.


On n’ose plus suggérer à Mme Pécresse de tenir bon, la reculade de son collègue Bertrand vis à vis des internes en médecine n’est pas de bon aloi, ni rappeler que pour beaucoup de générations l’idée même d’une « grève » d’étudiants est incongrue, inepte pour ne pas dire indécente.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

Candide 21/11/2007 10:32

 @  choky : Vous écrivez : « Je vous rappelle qu'en tout temps et en tout lieu, lorsque ses filières ( les sciences molles )on été étouffées comme c'est en ce moment le cas en France ce fût le fait d'états préparant une guerre ou une dictature totalitaire. » comment peut-on être intelligente – ce dont je ne peux douter et honnête – ce qui semble laisser à désirer, quand on écrit la phrase précédente ?  La France forme 5 fois plus d’étudiants dans ces sciences molles que vous appelez de vos vœux, que ses voisins ; Sans que comparaison soit raison une telle distorsion vaut provocation. On ne peut laisser dire que dans ce pays les « autorités »  baillonent la liberté. Ce site* a été exclu d’agréragateurs de référencements par vos amis pour les quels son contenu était insupportable. La gauche et ses extrêmes sont d’abord les liberticides que vous fustigez. Pardonnez-moi,  (bis repetita) Je m’étonne de cette religiosité dans votre texte. Auriez vous besoin d’une onction divine pour voler au secours de votre thèse à moins que d’y voir un clin d’œil à un Etre suprème que vos aïeux ont souvent imploré.  Je doute que le retour de Lénine soit de nature à vous rassurer. Je n’ai pas souvenir que Cuba, la Corée du Nord où Hugo Chavez soit des bienfaiteurs de la sociologie. Comme à Phnom Penh ces gens on les aime plutôt morts que vifs. * La censure revient   

croky 20/11/2007 21:26

Je tiens à vous remercier du fait que bien que nous ayons des points de vue foncièrement opposés vous m'ayez tout de même permis de m'exprimer.En espérant que vous aurez, si ce n'est approuvé, du moins compris mes arguments.Pour ce qui est de la loi en elle-même (car c'est bien là que devrait être le vrai débat), chacun d'entre nous s'accore à dire qu'une réforme de l'université est nécessaire, certes, mais pas ainsi.Et permettez moi de vous dire que la culture bien que non-rentable reste ô combien nécessaire, si ce n'est primordiale. Ainsi ces filières que vous qualifiez de "sciences molles" doivent à mes yeux être conservées à tout prix car c'est là que se forment la conscience, l'esprit critique et les idées de toutes les nouvelles générations. Je vous rappelle qu'en tout temps et en tout lieu, lorsque ses filières on été étouffées comme c'est en ce moment le cas en France ce fût le fait d'états préparant une guerre ou une dictature totalitaire. Dans certains pays les gens sont prêts à mourir afin de pouvoir publier ou étudier un traité de philosophie ou un livre d'histoire. Je pense donc qu'il est légitime de s'inquiéter et même de s'indigner lorsque dans un pays démocratique cité en exemple de part le monde on voudrait laisser ces matières tomber dans la désuétude et la déchéance sans même en éprouver des regrets, sans y prendre garde, prétendant même qu'il s'agit là d'un acte nécessaire voir d'un bienfait. Certes ce ne sont pas des biens de consommation, ils ne sont pas rentables mais pour moi la culture est quelque chose qui n'a pas de prix, au même titre que la liberté, toute deux ayant d'ailleurs toujours été indissociablement liée.Pardonnez-moi, donc, si je juge intolérable de salir ainsi la mémoire de nos ainés qui se sont battus pour que nous accédions à cette si fameuse liberté (y compris celle d'apprendre ce que l'on veut et non pas uniquement ce que l'on veut bien qu'on sache) et à cette si tristement dénigrée culture. Pardonnez-moi, de même, s'il me semble que c'est un mal négligeable que de chambouler quelque peu les calendriers universitaires pour préserver ce qui m'est si cher, d'autant plus négligeable quand je pense que d'autresavant nous ont payé bien plus cher de leur personne et parfois même donné leur vie pour ces mêmes idéaux.Vous me taxerez probablement de naïveté ou d'utopisme... ainsi soit-il, sachez que je n'en ai cure et que j'attends avec impatience le jour ou vous ouvrirez les yeux sur le bien triste sort que certains veulent offrir à la France.Merci de bien vouloir me publier et merci aussi de prendre le temps de me lire.

Candide 18/11/2007 09:36

@crokymerci de votre post. Ici pour votre information on ne censure pas non plus, alors que ,comme le relate le billet du 16/11 "La censure revient" ! Ce blog a déja été détruit par des "amis" peu contents d'y lire ce que j'écris.Revenons en à votre playdoyer pour une grève dure, avec occupation et blocage. Vous en appellez aux mannes de vos ancêtres et à leurs conquêtes sociales. A votre age que j'imagine plus acnéique qu'alzhmeirisant vous devriez avoir honte de regarder la vie par le petit bout de la lorgnette. Vous n'avez qu'un mot à la bouche, qu'on a déjà du mal à comprendre chez un cheminot de 55 ans, mais franchement affligeant chez une jeune fille de 20 c'est la préservation des acquis !Ils sont beau ces acquis qui ont fait de l'université une machine à fabriquer des futurs assediqués, à diplômer dans des matières où il n'y a pas de débouché, à distribuer des parchemins qui ne valent pas le prix de l'encre qui les ont noircis.J'entends vos récriminations: on veut faire ce dont on a envie, peut importe que le société ait l'emploi pour cette qualification.mais Melle c'est la société qui finance vos éudes, elle est en droit d'exiger un retour sur son investissement. Pourquoi y a t-il en France 5 à 10 fois plus de diplomes en sciences molles que dans les autres pays ? A t -on besoin de susciter des catastrophes pour réunir des cellules de crise et enfin donner une utilité a tous ses psy en quête d'emploi ? Ce n'est qu'exemple qui montre le coté paradoxale des formations qui n'ont de valeur que pour des sociétés déclinantes.Je n'ai ni l'intention ni la prétention de vous avoir converti, j'ai le respect des lecteurs de ce blog qui ne souhaite pas laisser des propos inconséquents comme le votre sans qu'une réponse leur soient donnée.Bien à vous et attention sortez couverte...par ces temps sibériens

croky 17/11/2007 22:53

Si on était vraiment des glandeurs, on laisserait les cours continuer et on resterait tranquillement chez nous (puisque comme vous le savez tous, dans la plupart des 15 à 20 heures de cours que nous avons par semaine la présence n'est ni obligatoire ni vérifiée). Et cela sans broncher face à l'inacceptable système que nous prépare notre si cher président. Et non, au lieu de ça on se crève le cul à tenter de sauvegarder un minimum des acquis sociaux pour lesquels nos aïeux se sont battus bien avant nous, à se lever à 5h du mat' pour être à 6h30 sur les piquets de grève où on se les pèle pendant des heures en essayant d'expliquer aux autres étudiants ce qui se passe puisque  notre point de vue n'est peu ou proue relayé par les médias (contrairement à ce que vous dites[en terme technique on appelle ça la désinformation] puisque le mouvement a été lancé à la mi-octobre tandis que les premiers et rares articles en parlent ne sont parus qu'aux alentours du 5 nov.). A ne pas dormir pendant de longues nuits pour garder l'occupation des locaux qui sont primordiales puisque c'est en ce lieu que nous préparons les manifs et autres actions et c'est aussi en ce lieu que se tiennent les AG.De plus je tiens à préciser que (du moins chez moi à metz) ces AG sont ouvertes à tous, chacun peut y exprimer son point de vue (y compris la représentante de l'uni qu'aucun d'entre nous ne porte dans son coeur et qui pourtant n'a jamais eu à subir d'obstruction lors de son entrée ou de sa prise de parole, de même pour le représentant des jeunesses ump de moselle, certains anti-blocage que nous connaissons pour avoir tenté de nous gazer à coup de lacrymo alors que nous essayons de leur parler afin de lui exposer notre point de vue ou être venus nous incendier par rapport à ce qu'on fait en ce moment et même mr le président de l'université). De plus, nous avons instamment insisté auprès de nos sympathisants et soutiens non-étudiants afin qu'ils ne votent pas puisqu'ils n'en ont pas le droit bien que l'on leur accorde le droit de s'exprimer lors des débats en AG.Dès lors, lesquels des bloqueurs ou des anti-bloqueurs sont ici les plus démocratiques? Nous bloqueurs qui organisons des AG avec débats où chacun peut s'exprimer mais seuls les étudiants et personnels (profs, personnels iatos, ...) ont droit de vote selon un mode de scrutin reconnu comme démocratique puisque c'est celui qui est le plus fréquemment utilisé à l'Assemblée Nationale, au sénat ou encore au parlement européen de Strasbourg et que leurs décisions ne sont pas considérées comme anti-démocratiques. Ou seraient-ce les anti-blocage, qui, lors des AG demandent que l'on passe directement aux votes de blocage et de grève sans passer par les débats après qu'un ordre du jour comportant des débats ait été voté, tentant ainsi, de manière consciente ou inconsciente de poursuivre l'action de désinformation menée par le gouvernement. Qui se saisissent du micro pour intervenir sans s'être au préalable inscrit sur le tour de parole, réclament un temps de parole supérieur aux 3min. par personne et par intervention sous prétexte qu'ils seraient plus importants, plus intelligents ou plus influents que nous (ex: notre président lors de son intervention à l'AG de jeudi 15nov.) et tentez de mettre en place des votes à bulletin secret lors desquels les débats sont inexistants et les questions faussées (ex: Rennes où la question était "êtes vous pour ou contre la continuité du service public d'enseignement", bien sur que nous mêmes bloqueurs sommes pour, c'est pour ça que nous nous battons en ce moment.).De même, qui de nous ou de vous sont les plus manipulés ? Nous étudiants mobilisées qui instituons des comités de lecture de la loi afin de la connaitre le mieux possible et d'être sûrs de ne pas nous méprendre dans notre mouvement (personnellement j'ai passé plus de 2h30 à la lire avant de prendre position) et qui pour la plus grande partie ne sommes pas syndiqués et refusons que l'influence des syndicats s'immisce dans nos rangs. Ou vous mêmes, qui ne prêtez foi qu'aux propos des ministres ou encore des présidents d'université qui ne peuvent en toute logique qu'être pour cette loi puisqu'elle leur institue un pouvoir sans président quant à l'exercice de leurs fonctions. Vous, dont les leaders sont les représentants de l'uni (syndicat de droite lié à l'ump) ou des jeunesses ump.Une étudiante de metz, mobilisée et bloqueuse, non syndiquée.PS: en espérant que malgré mon point de vue opposé au votre, mon commentaire sera publié.

Mistral 16/11/2007 10:59

Que ca fait du bien de lire ces quelques lignes qui décrivent exactement une réalité connue de tous depuis de nombreuses années !Merci à toi Candide, on en redemande :)