Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 21:51

Un qualificatif difficile à mériter en cette période troublée. Faire preuve de retenue et de sérénité ne peut-il aussi être perçu comme de l’indifférence et du détachement à l’égard des contingences matérielles ? Mais tempérance et aménité n’exonèrent pas du droit d’affirmer des convictions et de résister aux manipulations sémantiques.

 
En ces temps de grève la désinformation est omni présente. Elle est insidieuse, perverse parce que sous couvert d’équité elle propulse l’agitateur au rang de victime et réduit la victime au rang de matière malléable et corvéable au bon vouloir des patrons.
 
Cette insupportable dichotomie est institutionnalisée par les média qui au nom d’une prétendue objectivité traite équanimement la horde des bloqueurs de faculté de Rennes, les jusqu’aux boutistes du dépôt de Sotteville les Rouen et les milliers d’étudiants, les millions de commuteurs en galère par manque de train.

 


chrtl.jpg Un obscur quidam, étudiant selon ses dires mais confondu par l’indigence de son vocabulaire, dont le seul titre de gloire est d’avoir à 22 ans bloqué la gare de Lyon est invité à pérorer sur une antenne matinale pour se vanter d’emmerd… des millions de gens qui ne lui ont rien fait. La gloire pour ce trublion avec la bénédiction du journaliste, célèbre bobo, et le bagne pour les banlieusards restés goguenards après que tant d’insanités aient pu être proférées comme autant de vérités.


Ce n’est qu’un exemple emblématique de la désinformation dont se repaissent les faiseurs d’opinion. Alors ici on ne sera pas équanime, on insistera sur l’inutilité de ces mouvements initiés par des états major aux abois.


Comment survivre quand on est « patron » d’une centrale syndicale et qu’on s’est fait élire sur le programme : « Avec moi on ne touchera pas à vos retraites ! » Unique solution : mettre leurs troupes dans la rue. Puis reconnaître, tout confit : « On s’est battu comme des lions, mais on a du céder… »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

aazeuss 13/11/2007 22:39

autant je suis d'accord avec la premiere partie de ce texte puisque moi-même j'ai ecrit à RTL pour avoir été scandalisé par le commentaire d'une journaliste qui disait "les etudiants bloquent les facultes et exigent le retrait de la loi" SIC! comme si les quelques apprentis bolcheviks qui bloquent au mepris de la democratie representaient  l'opinion majoritaire des étudiants .Autant je constate avec effroi qu'on tire à boulets rouges sur des syndicalistes qui ont bien du mal à faire leur boulot; exception faite de ceux qui bien sûr participent de la même logique de l'affrontement comme sud rail ce qui est recherché par Sarkozy