Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 15:43

fnac2.jpgIl est loin le temps où la Fnac était un repère à trotskistes, et appliquait le management subversif. La «cause commune avec le consommateur » chère à Essel et Théret a été exclue de la normalité dans la quelle s’est diluée l’entreprise phare des précurseurs de mai 68. Depuis longtemps déjà l’exception culturelle ne franchissait plus les portes de ce temple de la distribution des biens du même nom. A ceux qui en douteraient le survol des conclusions de la mission conduite par l’actuel PDG ôterait toutes illusions et feraient retourner dans leurs tombes feus ses prédécesseurs.


Invité par Sarkozy à édicter une éthique du comportement sur le Net, D. Olivennes s’en estoliv.jpg tenu à reproduire son catéchisme de distributeur dont il avait tiré un opuscule : «La gratuité c’est le vol». Puisque tout a un coût, il ne saurait y avoir de free lunch, selon la doctrine libérale.


Limpide est la démonstration qui conduit à punir les délinquants qui se livrent au piratage des œuvres de l’esprit dont fait grand commerce notre gauchiste repenti. La gratuité tue la culture dont notre énarque est le parangon : "que cesse le téléchargement libre et la contrefaçon qu’il a légitimé" explique Olivennes et les artistes retrouveront leur dignité, leur capacité de créer, et l’esprit des Lumières rejaillira su la Ville.


L’antienne est connue et viciée à la base, le postulat est erroné et Olivennes comme tant d’autres confond la cause et l’effet. Ce n’est pas l’oeuvre qui est volé par le délinquant c’est l’auditeur qui fait l’œuvre. A quoi sert-il de créer si ce n’est pour être exposé, lu, écouté, admiré, copié, imité ! Et l’artiste qui se complairait dans l’autisterie n’aurait en rien contribué à la diffusion de la culture dont le PDG de la FNAC s'auto décerne l'auréole du saint sauveur.


Pas plus qu’un admirateur de Picasso ne contrefait le maître quand il affiche une reproduction à deux sous, pas plus qu’une teen nager ne vole Chanel quand elle exhibe le faux tee shirt aux sigles de la marque, ou le faux Vuitton rapporté de Vintimille, l’ado qui télécharge son chanteur ne fait de l’ombre à son idole. Non, car dans aucun de ces cas le délinquant n’aurait acquis l’original, proposé à des prix incluant des marges exorbitantes. Et monsieur Olivennes faisant son beurre de l’exploitation de ces acheteurs compulsifs est mal placé pour édicter les règles éthiques.


La décence eut commandé que ce rapport ne soit pas confié à un opérateur mercantile dont le but avoué est de maximiser son profit. On l’attendait sur l’exception culturelle, il nous propose du « business as usual ».

Là où sont Essel et Théret on ne doit pas être fier de lui.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Diatala 23/11/2007 20:31

Réprimander les fraudeurs, OK !  Avant cela il faudrait une concertation sur le prix de vente en bac.  Il est évident qu'un ado, un étudiant voire, des bas et moyens salaires ne peuvent s'offrir des CD et des DVD à de tels prix et plusieurs fois par mois. De qui se moque-t-on ! Effectivement il serait préférable de vendre à un prix abordable pour tous, et ainsi, mulitiplier ou quadrupler les ventes. Le fond du problème reste une fois de plus ignoré.

Oscar 23/11/2007 18:23

Le point est marqué. S'ils devaient payer 25€ par Cd ou DVD, seule une fraction infime de ces "oeuvres" serait achetée par les téléchargeurs. Déduire du nombre de téléchargements (environ 1 milliard par an) le chiffre d'affaires "perdu" par les majors est une escroquerie totale.Mais le fait du prix excessif des CD (20+) alors que le coût de revient est d'environ (1€)  n'est jamais évoqué, vous avez très bien expliqué pourquoi !