Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 14:31

Personne ne l’y obligeait, il avait réglé le gros du problème des retraites, les gauchistes n’arrivaient pas à enflammer les universités et la perspective de quelques nuits de Chine aurait du le mettre d’humeur câline !


pa.jpgMais l'annonce décalée puis retardée de mesures concernant le pouvoir d’achat vient pourrir sa rentrée. C'est l’archétype de l’illusion entretenue depuis les années rose selon laquelle le Pouvoir en place peut "changer la vie". De droite ou de gauche tous ont succombé au mythe de l’omnipotence présidentielle. Depuis Mitterrand et le slogan pré cité, en passant par Chirac qui se targuait de réduire la "fracture sociale", tous se sont crus au dessus des lois de l’économie et capable d’infléchir le cours de l’histoire. Le retour de bâton n’en est que plus cruel mais le français gogo s’y laisse prendre à chaque présidentielle.


De deux choses l’une, ou le pouvoir d’achat, dans le système socialiste, procède d’une redistribution et l’on épuise l’économie : 3 dévaluations en 2 ans lors du règne Mitterrand 1er, ou le régime est d’inspiration libérale et le pouvoir d’achat des ménages ne se manipule pas sur injonction présidentielle. Après avoir prophétisé qu’une amélioration serait au rendez vous dès l’automne, Sarkozy s’est condamné à recourir aux mêmes ficelles éculées et décriées que ses prédécesseurs. Cherchez la rupture !


Le péché originel du Mal français tient en ces lunes permanentes que les politiciens mettent en orbite pour masquer la virtualité de leur pouvoir. Dur atterrissage quand Nicolas doit admettre qu’il n’y a rien de substantiel dans sa hotte de Sarkozy père Noël.


Mais pouvait-il en être autrement. ? Personne ne l’a obligé à se tirer une balle dans le pied.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

bernard 28/11/2007 19:43

la politique n'est pas qu'économique donc n'est pas qu'évidence absolue ... Elle tient compte de la culture, de l'histoire et de la sensibilité des citoyens .On a vu SARKO annoncé une rupture ... On en reste aux négociations ... Bien joué : les cheminots avec leur grève et les coûts engendrés sont passés pour des imbéciles : Pas si cher payé que cela pour faire passer l'avenir !Le tout est d'avancer et on avancera ... On sait où on va et on limite la casse... Les révoltes etc.Le temps reste parfois le meilleur allier ... Pas de quoi s'inquièter sauf si on préfère la guerre civile... En ce sens pourquoi ne pas couper la tête aux pseudo arristos ? ça irait effectivement plus vite.Candide écrit toujours de sa villa , a ses idées de son vésinet ... Mais il ne visite pas les points sensibles et n'a pas l'occasion d'entrendre le terrain ...La gauche est morte mais patience ... Tout n'est pas si simple ou si évident : il faut éviter la casse ...En résumé : Ce qui se passe n'est pas si mal si en france on est de droite ... Apprenons le temps ...

Candide 28/11/2007 19:08

@JFCe billet n'est en rien polémique. Il situe l'omnipotence des hommes politiques au dessus des clivages partisans. Les 3 dévaluations en deux ans sont un record inégalé dans le monde civilisé ! La droite a d'autres titres gloires que je vous laisse rappeler !Quant au passage à l'euro il est hors sujet. Puisque les critères de Maastricht tiennent lieu de carcan. Les déficits légués par Jospin semblent ne pas avoir retenu votre attention; je corrrige donc cette omission faite ...de toute bonne foi.MC

jacques 28/11/2007 18:49

Très intéressant votre rappel des dévaluations sous Mitterrand.Mais d'autant plus inutile - et peut être même teinté de mauvaise foi...- maintenant que depuis le passage à l'euro, une dévaluation nationale ne peut plus se produire.Sinon, vu le déficit qui ne cesse de se creuser, non pas depuis le 6 mai dernier mais depuis 2002, retour de la Droite au pouvoir, vous croyez peut-être qu'il n'y aurait pas eu de dévaluation en France (et sans doute dans d'autres pays voisins) ????Et de grâce, ne me répondez pas avec les années Jospin....jf.

eric 28/11/2007 17:40

vous allez un peu vite dans vos conclusions... comme toujours!
sachez patienter un peu....