Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 21:19

Que penser de cette initiative de noter les ministres à intervalles réguliers ? Quel patron ne fixe-t-il pas des jalons à ses collaborateurs pour contrôler l’accomplissement de leur performance ? A ce titre on aurait tout lieu de se réjouir d’apprendre que les plus hauts responsables politiques de ce pays sont soumis à une évaluation de l’exécution de leur mission.


dow.jpg Et pourtant on pressent bien que quelque chose cloche dans cette assimilation d’un homme politique à un responsable d’entreprise. La sphère publique est-elle régie par les mêmes lois que le privé où s’en affranchit –elle parce qu’elle concerne des sujets qu’on ne saurait faire rentrer dans des cases ?


D’abord cette évaluation existe. Le métier de ministre est éminemment temporaire, la durée de vie – quelques années au plus - démontre que la sanction tombe vite, la promotion aussi. Donc ces gens sont évalués. Par ailleurs la notation par le premier d’entre eux n’est pas un gage de stabilité. Il suffit que ce dernier ait déplu pour que tout l’échafaudage s’écroule.


Surtout on voit mal ce que cette soi disant transparence peut produire. La réforme n’est pas dans ce pays un exercice qui rende populaire celui qui s’y attelle. Juger exceptionnel la performance d’un ministre qui aura suscité une large impopularité n’est pas envisageable, ce qui semble interdire de fixer des objectifs en terme d’efficacité. Parce qu’il est notoire que l’efficacité se mesure sur le moyen terme à lors que la popularité est d’une mesure instantanée.


La mauvaise idée, parce que s’en est une, c’est de mettre la pression sur le politique – qui n’en a pas besoin, souffrant déjà suffisamment de ce mal là – pour des réalisations à court terme, bien avant les changements profonds dont le pays a besoin.


Alors réintroduire la dictature du « quaterly EPS » bien connu des managers internationaux dans un monde qui y avait échappé n’est certainement pas une bonne idée. A moins de prévoir de faire coter au Dow Jones l’entreprise France.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

christian 07/01/2008 09:09

Noter les ministres, rien de plus normal, mais ce serait le rôle du parlement, pas le rôle d'un bureau d'audit privé (dont le boss est peut-être un ami de Papa Sarkozy)Et quand au commentaire à propos de l'évolution avec notre temps, la politique du voyou-en-chef n'est pas une évolution, mais une régression vers l'Ancien Régime. Seuls les amnésiques peuvent y voir de la modernité ou du progrès.

Pierre 06/01/2008 21:04

Certains ministres méritent un zéro pointé. On se demande à quoi ils peuvent bien servir : les problèmes qu'ils sont censés régler s'aggravent et les caisses de l'État se vident ! Exigeons un nouveau procès de Riom !

Citoyen 05/01/2008 22:04

Je suis comme vous cette idée de noter les mistristres m'a quelque peu supris mais force est de condérer qu'il s'agit là à leur dépends d'un avatar de la stratagie de communication de l"Elysée La seule différence c'est que je n'ai pas osé posté de billet à ce sujet ...

Marc 05/01/2008 21:50

Vous êtes trop conservateur ... Vous n'évoluez pas avec votre temps ...