Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 21:10

On parle beaucoup du devoir de mémoire, du devoir d’ingérence et moins d’un droit essentiel tombé en déshérence. Le droit de grève qu’il est de notre devoir de réhabiliter.

Certes les fonctionnaires, les preneurs d’otage de la fonction publique, les agents des transports qu’ils soient collectifs ou particuliers ne s’en sont jamais départis, mais pour le salarié lambda l’idée même de faire grève est pour la plupart parfaitement incongrue.

Or récemment des caissières de Carrefour, des salariés de Michelin, des employés de L’Oréal ont ressorti l’outil de contestation qui dormait tranquillement dans les mémoires des anciens. Ils ont eu raison.

greve2.jpg Autant l’abus par les nantis de la fonction publique de la cessation d’activités qui transforme pour des motifs politiques la vie de millions de personnes en galères ne mérite que le mépris, autant dans la société de marché qui règle la vie de millions de salariés du privé la grève est le moyen d’équilibrer la pression du « capital » qui aboutit à l’effritement du pouvoir d’achat.

La raison en est simple : face à l’entrée dans les conseils d’administration des représentants des sociétés financières le seul argument qui peut être opposé à la répartition inéquitable de la valeur ajoutée au profit du capital et au détriment du travail est le pouvoir de nuisance des salariés. Pouvoir collectif à l’évidence qui exige un taux de syndicalisation élevé.

La grève est le bras armé du « travail » face au capital dans le conflit de répartition des fruits de l’entreprise. Quelle meilleure arme pour “aider“ le président à convaincre son conseil que la menace nucléaire d’un long conflit social.

Comme toute arme de dissuasion sa valeur décroît avec son utilisation. Mais Sarkozy devrait travailler à rendre les syndicats plus puissants dans les entreprises privées. Quel meilleur allié pour augmenter le pouvoir d’achat que le développement de mouvements sociaux ! Le devoir de grève doit être réhabilité.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

Jacques 19/02/2008 23:43

Et encore merci pour votre nouvelle diatribe contre les fonctionnaires "nantis".....(avec leur +0,8% d'augmentation)  et votre outrance habituelle de "preneurs d'otages".J'espère juste pour vous que vous ne serez jamais réellement pris en otage !!!! Pourtant, çà vous ferait voir la différence...Bien à vous.jf.