Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

17 janvier 2006 2 17 /01 /janvier /2006 00:00

En rangs serrés ils avançaient vers leurs cibles, les mains chargées de boulons, de masses, d’objets contendants de toutes sortes et à tir tendu visaient leurs ennemis de classe, les suppôts du grand capital, avant de s’égayer dans les rues voisines, de se regrouper et repartir à la charge contre les bataillons d’aristocrates de la fonction publique.

 


Ils étaient quelques centaines, les dockers de la CGT en goguette, telles des déferlantes de Huns, acheminées gracieusement pour casser du CRS, du bâtiment public. Permanents à la centrale syndicale de ce Mr Thibault courtoisement reçu à Matignon, à l’Élysée, dont les finances sont assurées par nos deniers.

 


Ce sont des vandales, ces sauvages connus de tous, que les autorités laissent se déplacer armés : les derniers descendants de ce qui fut l’armée de l’ombre qui manqua en 1946 de faire basculer le pays dans la sphère rouge. On les remercie de se battre pour la survie de l’espèce. C’est bien qu’il en reste quelques poignées à montrer à nos enfants, aux touristes, le soir à la télévision : « c’était ça les communistes : des gros bras qui balançaient des boulons quand ils en avaient marre de les serrer ».

 


Les politiques de gauche restent muets après de telles exactions : normal, ils sont nostalgiques du mythe communiste ! Le silence des leaders du centre et de la droite est éloquent. Ce sont des munichois. Haranguer les nazillons du Parc des princes, flétrir les casseurs de banlieues, les pick pocket du RER, là se limite leur condamnation des violences urbaines. Mais s’indigner des exactions syndicales, fléau national, est hors de leur portée. L’abdication de la gente politique face aux violences des organisations de « travailleurs » est un scandale que nul dans l’arène médiatique n’a encore dénoncé.

Puisqu’au lancer de boulons nos politiques partent avec un handicap, exhibons nos dockers, dernier bastion de démocratie populaire !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires