Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

28 novembre 2005 1 28 /11 /novembre /2005 00:00

C’est la jacquerie du jour. On empêche un maximum de gens de circuler pour faire avancer ses idées. C’est banal. Hier c’était les traminots, aujourd’hui ce sont les bistrotiers, demain pourquoi pas les ambulanciers ? Le but est d’étalonner sa capacité de nuisance comme si la valeur d’une revendication dépendait de la taille des embouteillages qu’elle est capable de susciter.

 


Que Chirac ait promis un jour d’euphorie que demain on raserait gratis ne surprend que ceux qui n’ont jamais figuré dans les catégories professionnelles bénéficiaires de la sollicitude présidentielle. Si tant est qu’il y en ait.

 


Dans cette histoire de baisse de TVA que les restaurateurs réclament à cor et à cri il y a beaucoup de bruit pour rien ou presque rien. Seule une petite frange des cafetiers se heurte à la concurrence des ventes à emporter qui bénéficie de cette mini TVA. Par définition la vente à emporter interdit que l’on puisse s’asseoir pour consommer. Et personne ne trouve à redire que l’on paye un extra pour se poser. Pour la grande majorité des restaurants il n’y a pas débat ; d’ailleurs dans aucun autre pays d’Europe cette dérogation n’est demandée.

 

 
Quant à prétendre que cette réduction entraînera par un miracle des vases communicants une embauche de nombreux serveurs c’est inepte pour tout un tas de raison.

 


La première étant que les serveurs n’ont aucun intérêt à cette embauche qui oblige à partager le magot, la seconde c’est que jamais une baisse de TVA ne s’est répercutée sur les prix. Elle sert d’abord à arrondir les fins de mois du tenancier. Et s’il en fallait une troisième on rappellerait que la réduction du temps de travail n’a pas donné lieu à l’embauche mathématiquement correspondante au nombre d’heures libérées, loin s’en faut. Il en sera de même de la réduction de la TVA.

 


Qu’un syndicat professionnel se saisisse de cette revendication est dans la logique de sa mission, qu’il prenne en otage les automobilistes est une spécialité de la maison, mais que des pouvoirs publics qui n’ont que le mot « égalité » à la bouche enfourche ce cheval corporatiste pour polluer les débats européens, voila qui ne va pas améliorer l’image que nous donnons dans les instances bruxelloises.

 

 
Au moins cette attitude est-elle cohérente avec le non au référendum. Le problème c’est que plutôt que d’en être la conséquence elle en est la cause.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires