Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

25 novembre 2005 5 25 /11 /novembre /2005 00:00

Il est issu de la meilleure lignée, Robert le grand père professeur de médecine, Michel le père premier ministre du Général, lui c’est Bernard : il suit les traces de l’aïeul tout en ayant été ministre de la santé.

 

Dans la famille Debré on ne fait pas dans le commun des mortels. Quand on naît avec un nom il est essentiel de se faire un prénom et Bernard ne sera pas le dernier. « La revanche du serpent* » reprend en toute modestie la thèse que nous défendons**, à savoir qu’il ne sert à rien de s’opposer aux développements scientifiques au nom d’une morale écrite à une époque où les problèmes soulevés n’étaient pas concevables. Il ne sert à rien de s’opposer à ce qui est inéluctable car au lieu d’en canaliser les développements vous les cantonnez à être menés dans l’obscurité.

C’est ce thème et beaucoup d’autres qu’adresse l’essai de Bernard Debré qui tombe à pic, le jour où le maître du clonage humain – à la veille d’être nommé « L’homme de l’année 2005 » - est forcé de démissionner de toutes ses fonctions. Il est accusé d’infraction aux règles de l’éthique.

 

 On touche sans doute à l’un des sommets de l’hypocrisie. Ce que l’on reproche au Dr Hwang se pratique au quotidien, dans tous les laboratoires du monde : il s’agit de rémunérer les personnes qui se prêtent à des essais cliniques ; ce Mr Hwang a rémunéré des donneuses d’ovocytes (ovule en sabir commun) grâce aux quelles il a pu faire des avancées considérables dans le domaine du clonage thérapeutique, technique du futur pour réparer chez l’homme la plupart des dégâts génétiques.

Il faudra expliquer en quoi cette rémunération de jeunes femmes avisées, conscientes et volontaires est « choquante, inacceptable, honteuse » comme le croasse tout ce que ce milieu de petits saints compte de grenouilles de bénitiers. Quelle différence entre un bénévolat et une rétribution quand il s’agit de permettre à des millions d’enfants de guérir de la mucoviscidose ou de guérir un pape de la maladie de Parkinson ?

 

Quant à la dérive eugénique qui serait sous jacente à ces traitements il est pertinent de dire que c’est le cas. Car l’eugénisme est déjà bel et bien encré dans nos comportements. Dès lors que l’on cherche à déceler chez la femme enceinte les éventuelles malformations pour lui éviter de mettre au monde un enfant a-normal on pratique une discrimination que la nature n’avait pas prévue !

Last but not least, c’est le clonage reproductif qui se profile derrière cette querelle. Puisque son interdiction est sur toutes les bouches on ferait bien de se remémorer qu’au temps de Galilée le fait d’interdire à la terre de tourner ne l’a pas empêcher de n’en faire qu’à sa tête. La science a depuis longtemps appris à contourner les interdits. Ce n’est pas parce que le Dr Hwang aura été démis qu’un bébé clone ne viendra pas lui demander demain réparation du dommage subi en le faisant arriver dans notre monde de fous.

 

* La revanche du serpent, Bernard Debré chez Le cherche midi

 

** Sur le clonage lire : Clonage…considérations amorales

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires