Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

15 novembre 2005 2 15 /11 /novembre /2005 00:00

Le problème avec l’expérience c’est qu’elle ne se transmet pas : elle s’acquiert, au fil des ans. Imaginons un instant que ce soit l’inverse ; que ne serions nous riches de tout ces acquis par les générations qui nous ont précédées si, par quelque alchimie, tout ce savoir accumulé pouvait nous être inoculé. Que d’erreurs n’aurions nous pas à re-commettre avant d’en arriver toujours à la même conclusion que le feu brûle, le froid transperce et la pluie mouille. Le progrès nous aurait épargné tous ces malheurs récurrents. On saurait que la guerre tue sans la faire, que la foi ne déplace pas les montagnes sans avoir besoin de croire et que l’homme est un loup pour l’homme sans attendre d’avoir été mordu.

 

 Heureusement la réalité est autre et on peut se laisser aller à rêver. Mais c’est le règne de Sisyphe ou presque. Notre inné s’enrichit bien peu de génération en génération et l’essentiel reste à re-découvrir. Au point que l’on s’interroge : ces adultes qu’ils sont devenus, ont-ils été enfants ?

 

 

 Ont-ils occulté la capacité de cet age là à la dissimulation, à l’affabulation, à la manipulation? Quel enfant n’a pas fait marcher ses parents? Leur capacité d’invention n’a d’égale que leur besoin de faire l’intéressant, fonctions inverses de l’écoute qui leur est prodiguée. Pas la peine d’avoir fait « Psy » à Nanterre, il suffit d’avoir été jeune et de s’en souvenir.

 

 

 Cette longue digression pour rendre compte du malaise que suscite ce nouveau procès d’Outreau et la mise en scène des « enfants de la tour infernale ». C’est le sort des accusés que notre système fait dépendre des névroses de gamins et des refoulements des jurés.

 

 

 Et il n’y a personne pour s’en offusquer. On pensait pourtant que l’Instit Brel avait détruit à tout jamais la sanctification de la parole enfantine. Mais une fois encore l’expérience ne sert à rien. On avait pris nos désirs pour des réalités. Dans ce pays brûler des voitures ne mène à rien, surtout pas en prison, mais être dénoncé par le gamin de sa voisine vous conduit droit à la roulette d’une Cour d’Assises.   [1]

 

 

 



Société

 

Procès d’Outreau : les enfants se rétractent

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Justice
commenter cet article

commentaires