Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 21:29

Le rejet par les parlementaires américains du plan Paulson marque l’entrée dans une zone de turbulence qui n’épargnera personne. Peu importe si les grands de la finance y perdent leurs plumes, peu importe si les actionnaires se retrouvent en culottes courtes – c’est la contre partie naturelle à l’enrichissement sans cause, mais le pékin qui n’a ni joué, ni spéculé doit être « épargné ».

Or tout indique qu’il sera la victime principale de ce tsunami provoqué par la myriade de petits Bouton que nous n’avons cessé de stigmatiser.

Il sera paupérisé parce que le contribuable sera mis à contribution pour "nationaliser’" les pertes des établissements financiers, il sera impacté parce que sa retraite est investie dans des fonds qui vont être dépréciés, il sera atteint dans son patrimoine parce que ses actifs non financiers – son logement le plus souvent  - va se trouver dévalorisé, quant à son salaire s’il est victime de la déflation consécutive à cette tempête il se transformera en « droits » aux assedic dont on sait qu’ils ne correspondent au mieux qu’à 75 % du revenu.

La prétention sarkozienne de protéger par le bouclier fiscal les gros revenus d’un excès d’impôt apparaît tellement dérisoire face à l’ampleur du séisme qu’on ne peut que déplorer la myopie de nos dirigeants.

On rejoint les socialistes qui s’opposent à une « unité nationale » pour colmater les brèches dans les digues financières, tout comme les parlementaires américains se sont opposés à la prétention de l’establishment de faire payer par le contribuable yankee les conséquences de la dérégulation financière.

Ce qui est sûr aujourd’hui c’est qu’il n’y aura pas de cautère sur une jambe de bois. Les financiers devront boire la coupe jusqu’à la lie, et nous avec.

 Michel COUDERT Candide

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires

bibi33 30/09/2008 09:27

les parlementaires américains se sont opposés à la prétention de l’establishment de faire payer par le contribuable yankee les conséquences de la dérégulation financière.Avant re reprendre les dire de la presse française sur la dérèglementation qui serait à l'origine je vous conceille la lecture du blog de vincent Bénard www.objectifliberte.frVous verrez que les causes de cette crise ne sont pas la déréglementation du capitalisme.Mais l'interventionnisme du gouvernement fédéral qui a crée Freddie Mac et Fannie Mae puis qui les instrumentalisés à des fins politiques.Enfant vous pouvez rajouter aussi les reglementation des états fédérés et des villes sur la construction qui ont permis aux prix de l'immobilier de s'envoler.Non il ne s'agit pas d'une crise du capitalisme mais bien d'une faillite du politiquequi a perverti le marché pour en obtenir des gains politiques.