Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 21:03
Injecter des liquidités : on ne compte plus le nombre de rappel de piqûres que nos Diafoirus ont infligé au système bancaire. Depuis que cette crise a éclaté il ne se passe pas une journée où un président, un manitou de la finance ne se dresse sur ses ergots pour expliquer que le mal est éradiqué car les banques centrales viennent d’injecter quelques centaines de milliards de liquidités dans le marché monétaire …

Le gogo qui sommeille chez chacun d’entre nous se réveille ce soir plus perplexe que jamais : avec toutes ces injections de liquidités comment se fait-il que l’on ait jamais été aussi proche d’une issue fatale. Comme si le système financier toujours plus assoiffé ne pouvait plus être étanché.

Alors pour faire simple, sachez que ceux dont la défiance
contribuent à l’effondrement des bourses - les professionnels - et donc à l’appauvrissement de tout un chacun (à travers les comptes d’épargne, les produits assurances vie, les plans retraite…etc.) ne sont pas dupes des mots destinés à rassurer les gogos ; eux savent pertinemment qu’injecter des liquidités cela veut tout simplement dire : faire marcher la planche à billets.

Et faire marcher la planche à billets – même rebaptisé « injection de liquidités» – n’a pas plus d’effet qu’un cautère sur une jambe de bois. Nos sommités espèrent en annonçant pompeusement la reprise des injections, éviter que l’épargnant ne se précipite à sa banque, dont on vous assure qu’elle ne risque rien,  et n’en retire ses picaillons, ce qu’aucune banque ne saurait encaisser (pardon décaisser sans sauter).

L’inqualifiable cocorico médiatique qui a suivi la déroute élyséenne de ce week end aura été l’acmé d’une manipulation des opinions dont on ne connaît pas d’équivalent. A preuve les professionnels dès ce lundi ont cédé à la "panique" et suscité une chute historique à la bourse de Paris.

Planche à billets, le retour eut été la meilleure façon de résumer l’accord passé entre les 4 pays fondateurs de l’Union. C’est vrai que ça aurait fait un peu rétro.



Mi

chel COUDERT Candide

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires