Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 21:42
La Justice vient de rendre deux décisions qui méritent d’être commentées.

Sur l’affaire des frégates de Taiwan elle nous renvoie aux sombres erreurs de la raison d’État. Des milliards en pot de vin, en trafic d’influences qui sont couverts d’une chape de plomb au nom d’un secret défense que la gauche et la droite se sont évertuées à invoquer. Cache sexe de leurs turpitudes le secret défense – 16 ans après la livraison des bâtiments – évitera aux récipiendaires des sommes faramineuses versées en remerciements de services rendus d’être déférés devant les tribunaux au motif d’enrichissement illégal, de concussions et autres crimes et délits dont le procès de l’angolagate fournit aujourd’hui une liste non exhaustive.

Scandaleuse immixtion du politique dans le judiciaire, il ne s’était pas trouvé un prétendant à la magistrature suprême pour prendre l’engagement de nettoyer plus blanc. Ils devaient savoir qu’en ouvrant la boite de Pandore ils s’exposaient ainsi que leur copains. Même Bayrou est resté aux abonnés absents, c’est dire si tout le monde a palpé dans cette ténébreuse affaire au cours de laquelle on enregistra de nombreuses défénestrations…bien sûr accidentelles.

Le même jour, la même Justice renvoie l’illustre Galouzeau devant les tribunaux. Tout Villepin qu’il fut et premier ministre de la république il aura à rendre compte de ses méfaits dans ce qui se révéla la plus efficace des entreprises promotionnelles de la candidature de …Sarkozy. La tentative de déstabilisation échoua, plomba les derniers mois du gouvernement Villepin et mit sur orbite l’ennemi Sarkozy. Un cadeau inespéré que le récipiendaire sut faire fructifier.

Quand la majorité des observateurs s’accorde à anticiper le dessaisissement du parquet la poursuite de l’action judiciaire est  le signe que la Justice peut ignorer la raison d’État.


Le hasard fait que ces deux décisions sont rendues en pleine tourmente financière et ne recueilleront que peu de place dans les médias. Certains verront le verre à moitié vide, d’autres à moitié plein. On a surtout voulu rappeler qu’il y avait un verre.


Michel COUDERT Candide

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Justice
commenter cet article

commentaires