Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

9 juin 2005 4 09 /06 /juin /2005 00:00

La cause est nationale, le gouvernement mobilisé, les ministres sommés de se décarcasser : de l’emploi, encore de l’emploi, toujours de l’emploi. Qui se risquerait à mettre un bémol à cette très Dantonienne incantation ?

 

 

Résumé des chapitres précédents : les français qui travaillent, environ 25 millions, en font vivre 37 millions qui ont de bonnes ou moins bonnes raisons de ne pas le faire. 5 millions sont immédiatement susceptibles d’occuper un emploi professionnel. Pas facile de motiver ces 5 millions puisque seul 40% du fruit de leur travail leur revient. Tout le reste n’est que  sémantique : qu’il s’agisse de prélèvement sociaux, d’impôts sur le revenu ou de cotisations retraite, tous ces mécanismes n’ont qu’un objectif : redistribuer de façon indolore le produit du labeur sur tous les ayant droit.

 

 

Si l’on reste prisonnier de ce jeu à somme nulle on ne fait que déplacer le problème. On ne se sortira pas du piège de cette équation comme le démontre, par l’absurde, l’absence de résultats des politiques suivies par tous nos gouvernements : 35 heures, départs en préretraite et tant d’autres mesures élaborées sur le principe des vases communicants avec en prime la construction d’usines à gaz au coût prohibitif.

 

 

Le néo malthusianisme qui sous entend ces politiques accouplé au néo socialisme de nos dirigeants - faisons leur la fleur du néo - a engendré un système hybride incapable d’exploiter les facteurs de croissance que sont naturellement les jeunes qui arrivent sur le marché du travail, les opportunités nées de l’élévation rapide du niveau de vie des pays voisins et surtout les gisements de productivité issus des progrès techniques

 

 

Les mesurettes permettant d’allonger la durée de la période d’essai, ou d’allonger le temps d’attente au guichet des ASSEDIC inciteront-elles les demandeurs d’emploi à accepter ceux qui sont disponibles. Cessons de ne poser le problème qu’en terme de volonté des entrepreneurs à embaucher et attaquons nous aussi à la motivation des demandeurs à accéder à un emploi rémunéré. Nos gouvernants, sans exception, sont tous des fonctionnaires, et n’ont aucune pratique du monde marchand. Fonctionnaires ils sont, en fonctionnaires ils raisonnent. Que connaissent ces gens de l’entreprise, de la psychologie des entrepreneurs, des risques de perte d’emploi. Ils font irrésistiblement penser à ces autres ministres qui discourent sur le mariage et le couple, vous savez, les ministres du culte. 

 

 

Il n’est pas besoin d’être clerc pour prédire à cet énième plan le succès des précédents. Le moins  grave n’étant pas le gel instantané des offres d’emploi. Messieurs les chefs d’entreprise, pourquoi, si ces mesures sont susceptibles d’avoir un effet, ne pas attendre qu’elles soient applicables pour créer vos emplois. Dans Cent Jours, après les ordonnances.

 

 

Monsieur le Premier Ministre vous avez été sobre, dommage que vous ayez parlé à contre emploi.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires