Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 21:28
Il faut mettre en perspective. Le fleuron de l’automobile d’outre Rhin, le colosse européen, Volkswagen voit sa valeur boursière augmenter d’environ 200% en 48 heures alors que le reste de la cote chutait de près de la moitié. Relativement c’est un facteur de 3 qui sépare aujourd’hui la valeur du titre VW de celle du panier standard de la bourse de Francfort.

Y a-t-il eu dans le passé des contre performances aussi spectaculaires sur une valeur aussi lourde (13% du poids total de l’indice). Les financiers nous le diront.

Mais quand on sait que tous les constructeurs sont également frappés par la crise économique, quand on mesure la dégringolade des américaines, des françaises (
70% sur renault) et même du leader le japonais Toyota, le redressement spectaculaire du fabriquant allemand a quelque chose de stupéfiant.

Car qu’est ce qui sépare Renault, Chrysler ou Toyota de Volkswagen ? C’est la qualité de son actionnaire. Porsche, le nain, a acquis le géant allemand. Qui peut croire que Porsche de par sa présence massive au conseil d’administration dynamitera  l’activité du constructeur dans la proportion de 1 à 3. Alors plutôt que de croire au faiseur de miracle, le statut de l’action Volkswagen est un exemple caricatural de l’hyper réaction des marchés à des effets parasites du système boursier.

C’est moins glorieux et c’est beaucoup plus inquiétant.


Michel COUDERT  Candide





Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires

bb 29/10/2008 12:53

ils sont au courant à la caisse d'épargne ?