Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 17:46
Aucune prétention ici à commenter une décision de justice dans un domaine aussi pointu qu le droit à l’image. Peu importe au final que le tribunal ait débouté le plaignant car l’essentiel n’est pas dans le jugement mais dans la rupture introduite par Sarkozy dans l’usage qu’il fait de son pouvoir.

De ses prédécesseurs confrontés à la toute puissance médiatique, des Mitterrand et Chirac - l’explosion médiatique ne date que de la fin de la télé d’État, Sarkozy est le premier à  faire une lecture restrictive du droit à la caricature.

Retrouver son effigie en poupée vaudou ne prête guère à conséquences même si la poupée est livrée avec une demi douzaine d’aiguilles propres à canaliser le défoulement de ses plus chauds détracteurs. Ne vaut-il pas mieux ficher l’aiguille dans le tissu de la marionnette que dans l’épiderme du président ?

Un président qui est une aubaine pour les pamphlétaires avec son célèbre « karcher » et l’inoubliable « casse-toi pov’ con ! » ne devrait pas s’étonner de créer une saine émulation chez ses concitoyens. Ne les invite-t-il pas à se lâcher par ses gesticulations assez peu protocolaires ?

A  flatter la verve populaire comme un personnage du théâtre de Guignol, Sarkozy doit en accepter les règles. S’il est prompt à croiser le fer, il ne peut se protéger d’une iconoclastie qu’il a lui même provoquée.

Sa décision de porter l’affaire de la poupée vaudou devant les tribunaux révèle un « fais ce que je dis, ne fais pas ce que je fais »  de mauvais aloi, à moins qu’actionnaire de la société incriminée il ne se soit prêté à un sacré coup de pub !


Michel COUDERT  Candide

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

eric 01/11/2008 12:49

Dans ce dossier, le juge a indéniablement sauté sur cette magnifique occasion de tâcler Sarkozy au genoux et d'exprimer par le pouvoir qui lui est donné, les aboiements corporatistes de ses petits copains magistrats, en guerre ouverte avec leur ministre de tutelle...Je pense néanmoins que le président aurait pu faire l'économie de ce procès et s'élever au dessus de ces mièvreries pour décérébrés.Plus comique est la réaction de la dinde de Solférino qui, dans un premier temps, envoie ses porte-flingues chez ce distributeur de poupées pour le menacer de lui clouer judiciairement le bec, et qui, suite au verdict, fait machine arrière pour nous rejouer son numéro éculé de madone tolérante et magnanime au sang froid inaltérable.  

re Chirac 30/10/2008 16:21

@bbLe jugement en référé a confirmé qu'il n'y avait manifestement pas trouble à l'ordre public !Qu'en sera-t-il du jugement sur le fonds quand sera contestée l'opportunité de faire de l'argent en caricaturant le président ?Les paris sont ouverts !

bb 30/10/2008 15:24

sacré Chirac !chirac faisait comme il le souhaitait et sarko idemsarko a aussi son droit à l'image. il s'agit d'une société qui l'utilise sans autorisation pour faire des bénéfices commerciaux exclusivement liés à la vente d'une image et pas dans un but d'information.De quel droit ?

Daumont Jean 30/10/2008 08:42

Chacun  doit conserver  son droit à l'image, qu'il s'agisse du Président de la République oiu d'un simple citoyen. Un point, c'est tout.

Chirac 29/10/2008 21:31

Quand on est "président" on se comporte en président. On n'ignore les clampins, malotrus et autres foutriquets qui déblatèrent sur votre passage. On ne s'abaisse pas à jacter le sabir de la racaille.Mais si on se compromet avec la piétaille on en assume les conséquences et on doit tolèrer de se voir affubler des sobriquets qu'on est allé chercher.Ca c'est l'avis de Bernadette qui, elle, sait se tenir à sa place.