Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 09:53
Un raz de marée nous dit-on, a propulsé un noir à la maison blanche. C’est oublier qu’il n’est élu que par un américain sur deux – 52% des électeurs et que son adversaire ne s’est pas écroulé, lui qui a recueilli 48 % des suffrages.

C’est oublier que si Obama n’est pas blanc il n’est pas noir pour autant. Fifty fifty.

En fait l’Amérique s’est coupée en deux à parts presque égales. Et l’enthousiasme collectif qui nous est proposé sur les écrans de télévision ne reflète pas la réalité du paysage politique étatsunien.

McCain, dont on aura remarqué le fair play qu’ignorent en France les battus du second tour, la palme revenant à Mme Royal, qui avec ses modestes 46% promettait de "nouvelles victoires" (sic) à ses idiolatres, a appelé à serrer les coudes derrière le nouveau président.

Mais ce geste symbolique ne désarmera pas les républicains : c’est un pays plus divisé que la propagande médiatique ne nous le fait apparaître qui sort de cette élection. Divisé car l’issue de l’élection a tenu à une circonstance fortuite : la survenue d’une crise au coeur de l’affrontement final. Les sondages jusqu’alors donnait McCain en avance sur Obama.

L’effet de grossissement du système électoral masque la réalité d’une Amérique profondément fifty fifty. L’hystérie collective qui a suivi cette élection historique va paradoxalement handicaper le nouveau président. Les attentes des américains portées au paroxysme par la surmédiatisation de sa victoire crée un nouveau défi. Défi qu’Obama devra remporter haut la main, pas seulement fifty fifty. Le risque de décevoir beaucoup d'américains n'a jamais été aussi grand. 

Michel COUDERT  Candide

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans International
commenter cet article

commentaires

Daumont Jean 07/11/2008 08:34

Votre analyse est "sommaire" ...Il est normal et donc courant qu'il y ait du "fifty-fifty" ou presque dans les pays démocratiques où le "bi-party system" s'est mis en place ...L'Angleterre et maintenant la France en sont d'autres exemples... Il faut d'abord noter qu'aux Etats-Unis où "l'abstentionnisme" est une vieille et fâcheuse habitude, l'électorat s'est davantage déplacé, ce qui donne un plus grand poids à son élection ...D'autre part, c'est un pays aux 3/4 "blanc" qui a élu un "noir" (la notion de "métis" n'existe pas dans la mentalité américaine), et la signification de ce vote est comprise par une majorité d'américains... Les félicitations très dignes de Mac Cain en sont l'illustration ...Ceci dit, les Etats-Unis ont malheureusement déjà donné aussi l'exemple du mal, avzc les assassinats de Lincoln, John et Robert Kennedy, Martin Luther King ...Le 1er problème pour le nouveau Président Obama est donc de veiller à sa propre sécurité  ...Ensuite il va lui falloir liquide le bilan des 8 années calamiteuses de "W" Bush ...Il faut donc attendre avant de juger ...

JULES 06/11/2008 20:50

Sommes nous à quelques centaines de votes favorables près ? Sommes nous comme en France où nous faisions écho d’un écart de 5% aussi … Non nous sommes aux états unis et l’écart représente pas des dizaines, centaines, milliers mais des millions … Un vote sans précédent même si nous ne sommes pas d'accord sur le résultat.
Le négationnisme reste le seul moyen de tenter de se faire entendre … Candide n’a à priori pas d’autre voie car lui-même n’a aucune voix.
Consternant et bête …pas une seule ligne d’analyse …
Le mot « noir » surligné … tout est dit …
Il ne s’est pas fait élire par sa couleur mais parce qu’il a su emballer les foules.
Nous avons espéré que les nouvelles générations apporteraient de l’espoir et c’est fait… Il reste des vieux de la vieille pour se rebiffer ….Vivement que la France rajeunisse en idées…
Vous êtes pathétique …
Je pense compte tenu du nombre des commentaires que tout le monde ne vous ressemble pas : L’inutilité n’a jamais servi au destin. Vous de même … triste sort en fait … Je vous plains.
Faites le millième de ce qu’à fait OBAMA et ensuite, venez donner des leçons : On vous prendra au sérieux … Peut  être …C’est pas gagné !