Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 10:41
L’information a été glissée au JT de 20 heures, elle étrangement absente ce matin des sources d’information. Les faits : une gigantesque escroquerie bancaire a fait perdre 50 milliards de dollars aux établissements financiers (10 fois le krach de la société générale).  La BNP et d’autres banques françaises seraient lourdement  piégées dans cette débâcle. (TF1 de 20 H.)

Pour combien : on ne le sait pas. L’information la plus consternante est la succession de débâcles dont on ne voit pas la fin. Cette affaire frauduleuses n'a pu fonctionner qu'en impliquant des centaines de personnes très haut placées ( et motivées à se taire) dans l’establishment financier : or elle vient seulement de surfacer.

Combien d’autres krachs vont-il se déclarer ? quand les banques cesseront elles de se prétendre vertueuses alors qu’elles ignorent  les chemins qu’ont emprunté les fonds qui leur sont confiés ?

L'illusion que les banquiers peuvent s'auto régénerer est une gigantesque arnaque intellectuelle. On doit mettre un terme aux agissements des états major des banques ,  et les nationaliser le temps d’un nettoyage complet de leurs écuries.

Bouton : la figure emblématique du faussaire banquier.




Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Candide 15/12/2008 17:00

1 le cas de la SG est symptomatqiue de la dérive qui s'est emparée des dirigeants de banques abandonnant leur mission "régalienne" et statutaires pour s'égarer et égarer leurs clients  dans la spéculation sur des produits virtuels. Bouton : est le cas exemplaire du personnage qui n'a jamais fait acte de contrition.2 Le cas des etats major des banques contitue une problématique probablement inédite.  jamais un ensemble aussi important de personnes influentes n'a exercé son métier en rupture avec les codes éthiques et moraux qui s'imposaient à leurs prédecesseurs.Imaginer ces managers aptes à nettoyer les écuries qu'ils ont créé et devellopé pour leur plus grand profit n'est pas raisonnablel'état - cad le contribuable ayant été appelé à la rescousse - il n'y a rien d'incongru à ce qu'il supervise le nettoyage !du moins c'est mon avis

La Sauterelle 15/12/2008 13:57

Pour éviter certaines déroutes financières, il faudrait peutêtre que les administrateurs, tout comme le top managment, les auditeurs internes, les commissaires aux comptes ... aient une meilleure connaissance des produits financiers, de l'ingénierie financière, des procédures... plutôt que de favoriser la connaissance des "milieux financiers".Par ailleurs, il semble que l'on oublie que les institutions de contrôle telles que AMF, COB, SEC...  (qui sont des émanations partielles de l'Etat) portent également leur part de responsabilité, par méconnaissance, sous effectif, excès de "confiance de facies".... Par conséquent, la nationalisation des banques ou des différents établissements financiers est loin d'être opportune et ne résoudra pas les problèmes actuels (qui ont d'ailleurs toujours existé, mais sont plus criants dans un contexte de forte volatilité, de baisse généralisée et de décorélation  toujours plus forte entre l'économie réelle et le financier).Sinon, petite remarque personnelle, pourquoi stigmatiser la SG en évoquant l'affaire Madoff, alors qu'il s'agit d'une banque peu exposée dans les hedge funds de Madoff ? 

bb 15/12/2008 12:13

je suis assez d'accord avec dupuis ... ça changerait quoi fondementalement puisque comme le dit dupuis, les nomminations se feraient entre "amis" "petits détournements entre amis"  peut être le titre d'un nouveau serial abusSur l'affaire du crédit lyonnais, ce n'était pas simple de mettre l'état en prison ! mais plus facile de faire payer les pertes aux contribuables.Ce type là mérite d'être sanctionné et saisi ... Au nom du droit mais aussi et surtout au nom de la morale.On ne refera pas le passé mais on peut changer l'avenir en démontrant que sur de tels faits, la justice peut sanctionner sévèrement.
Que l'état contrôle ses deniers avec une commission présente dans les banques me parait sain si on accepte le principe de la responsabilité personnelle mais de là à nationaliser les banques ...L'état se doit de tenir compte de tels débordements et de proposer des lois afin qu'il y ait sanctions adhoc.Quant à ceux qui pensent qu'un jour les paradis fiscaux vont tomber ... Bon courage et beaux rêves !

dupuis 15/12/2008 10:05

Assez faible comme argumentation.Il est etonnant d'entendre un apologiste du tout liberal proposer de nationaliser les banques , c'est à dire de faire nommer des individus dont le seul merite serait  d'être les amis du pouvoir en place au lieu d'être les amis des copains du conseil d'administration. Ne seraient ce pas les mêmes à savoir ceux qui sortent de l'X ou de l'inspection des finances?Par contre cela merite la prison et il est etonnant que ce Madoff soit en liberte sous caution.C'est donc à l'impunité carcerale de ceux qui truandent  qu'il faut s'attaquer