Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 11:21

Puisque la Française des Jeux (FdJ) tarde à faire entendre sa voix, apportons notre éclairage sur cette tromperie dont le principal bénéficiaire se fait très discret.

Dés le 7 février Candide vous avait informé de la censure exercée par la FdJ sur une émission de M6 décrivant la combine. Résumons : la distribution des lots gagnants dans le Vegas, jeu de grattage n’est pas aléatoire. Dès qu’un lot important  est sorti d’une séquence de cartes, cette séquence ne comporte plus de cartes gagnantes.

 C’est le point crucial. Pour ceux qui ne jouent pas, ce n’est pas limpide, pour les joueurs c’est clair. Il faut les avoir vu gratter au comptoir du café tabac pour comprendre que le gagnant se représente instantanément pour se faire payer son gain. Le débitant sait dès lors que la série du Vegas dont la carte gagnante est sortie ne possède plus de lots intéressants. En continuant à vendre les tickets suivants, il trompe les acquéreurs. Mais c’est le scénario inverse qui est plus juteux ; car si la majorité des cartes a été écoulée sans que le lot principal soit sorti, il est nécessairement dans le jeu de cartes restant. Il est facile au débitant de se l’approprier pour gagner à coup sur plus que sa mise.

 

D’où l’intérêt pour les détaillants de la FdJ d’écouler un maximum de Vegas. Avec ce système le gain de la FdJ ne réalise pas une économie sur le paiement des gains. La duperie repose sur la non équité des joueurs et sur l’avantage donné aux détaillants de s’enrichir sans coup férir. Puisque les détaillants s’enrichissent facilement en écoulant des Végas, in fine le grand gagnant c’e n’est pas la FdJ mais l’Etat qui récupère par sa société écran une manne supplémentaire.

 

On comprend mieux pourquoi ni Bercy, ni la FdJ ne se sont précipités pour arrêter cette tromperie. Dans cette affaire l’Etat est pris la main dans le sac pour complicité de fraude. On aimerait que ses représentants s’en expliquent plutôt que de poursuivre les plaignants pour une prétendue diffamation.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires