Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

3 juin 2006 6 03 /06 /juin /2006 18:03

Perdu de vue l’objectif de cette mesure décidée en réponse à la canicule de l’été 2003. En solidarité avec le quatrième age les actifs devaient donner une journée de travail pour  améliorer les conditions de vie des plus âgés.


Le propos n’est pas de critiquer la générosité entre les générations : elle est a toujours été au coeur même de la vie en société. La nouveauté c’est qu’allongement de la durée de vie et  réduction du temps de travail ont considérablement accru la charge de solidarité sur les actifs. La dérive instantanée a consisté à creuser un déficit budgétaire qui handicapera la prochaine génération, les plus jeunes d’entre nous.


Quant à la solidarité avec nos anciens, était-il réaliste d’en rajouter une couche sur la population des actifs ? Ne sont-ils pas ceux qui supportent déjà l’essentiel des efforts de redistribution ?


Le piètre résultat du premier essai a conduit à développer une formule à la carte, indolore pour les fonctionnaires et pour ceux qui bénéficient de RTT et supportée in fine par les salariés des PME et des toutes petites entreprises.


Pire, le pataquès d’un système à deux vitesses conduit à altérer la productivité des entreprises qui auront décidé d’être en activité le lundi de pentecôte. La double peine pour ceux qui vont travailler : c’est l’histoire d’une idée faussement généreuse, qui détournée de sa finalité ne contribue que marginalement au résultat escompté mais accroît les inégalités.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

Craqueline 05/06/2006 21:23

L'idée est généreuse sa réalisation est désastreuse.  Finalement dans notre entreprise nous avons choisi de " donner" une journée de nos congés à la solidarité et de conserver notre lundi de pentecôte férié.
Si notre gouvernement n'est pas capable de faire accepter à la fonction publique ( au demeurant payée par nos impots) une position solidaire et commune, cette idée généreuse conduit à un cafouillage généralisé qui ne mène à rien.
Ou bien on dédide unilatéralement qu' un journée de congés par an sera conscrée à la solidarité et c'est tres facile à organiser ( au mois de juin TOUS les salariés voient déduite une journée de leur congés de l'année - ou bien on décide que le lundi de pentecôte ne sera plus jour férié ( sans aucune dérogation possible ) mais de grace quelque chose de net pour une fois - sans exception qui confirme la règle -
La cacophonie qui résulte de cette mesure est insupportable. Et d'ailleurs l'argent ainsi récolté va t'il bien dans la poche de ceux aux quels elle est destiné. Feu la vignette automobile avait déjà été créée pour eux et on sait ce qu'il en advient.