Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

9 juin 2006 5 09 /06 /juin /2006 09:12

Les déficits qui devaient être comblés ne se sont pas aggravés, certes. Ils se sont maintenus. Toutes ces promesses de retour à l’équilibre pour un résultat néant. La gravité ne tient pas aux résultats affligeants des mesures déjà prises mais au fait qu’il n’y aucune raison pour que la tendance s’inverse. Bien au contraire.


L’allongement de la durée de vie, le vieillissement de la population, l’alourdissement du coût des médicaments, la généralisation d’équipements de haute technologie pour ne citer que quelques uns des paramètres impactant l’équilibre financier vont aggraver dans l’avenir des déficits sans que les dispositions prises pour limiter les dépenses ne soient à la mesure des enjeux : il suffit de voir les résultats. Chirac affirmant que l’équilibre est à l’horizon nous convainc que c’est un horizon fuyant.

 

L’inversion ne viendra que d’une décision drastique de limiter l’accès aux soins. Les idéologies conduiront à proposer des solutions diamétralement opposées ; mais nul ne peut esquiver le fait que le modèle français de sécurité sociale est en état de mort clinique. Il est maintenu artificiellement sous perfusion. Quel homme ou femme politique sera le docteur Chaussoy, la Marie Humbert de notre moribonde sécu ?

Un nouveau système équitable ne verra le jour que si le certificat de décès de la sécurité sociale est établi. L’homme politique qui en prendra l’engagement est jusqu’à présent resté d'une grande discrétion.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

Don Quichotte 09/06/2006 14:28


Vous oubliez ceux qui n'ont pas toujours de quoi consulter leur médecin, ni avancer l'argent des analyses ou des médicaments; ce sont eux qui seront victimes de votre remise en cause de l'assurance maladie.
rien ne change : il vaut mieux être riche et bien portant que pauvre et malade : aussi inutile de faire croire que les politiques pourraient y changer quoi que ce soit.

Candide 09/06/2006 14:34

La mentalité : "je paye donc j'y ai droit " ruine la sécu. Aussi longtemps que les abus - et ils proviennent de tous les milieux - resteront légions (surconsomation médicale, abus des congés maladies - etc) l'abc de l'assurance maladie restera en danger. C'est pour rétablir cette solidarité essentielle et améliorer la prise en charge des besoins médicaux fondamentaux qu'il faut remettre le système à plat.
Candide avec sa modeste voix s'y emploie