Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

22 juin 2006 4 22 /06 /juin /2006 21:28

C’est encore un cas, un cas d’espèces, INCA qui succède à l’ARC sans se défaire de ses mauvais penchants.


Après les turpitudes du président Crozemarie on pensait en avoir fini avec le mauvais usage des fonds publics en matière de recherche sur le cancer. Or voila que le rapport sur la gestion de l’Institut National du Cancer stigmatise les mêmes errements. Dépenses somptuaires et népotisme. Sa direction en avait  été confiée à Mr Khayat, un proche de Jacques Chirac, le parangon de vertu bien connu

 
Après avoir enregistré le naufrage de l’ARC on aurait pu éviter d’en cloner le modèle. Puisqu’en matière de recherche médicale, rien de fondamental ne peut se faire à l’échelon national, à quoi sert un tel organisme ?


On imagine pas le président au fait des contraintes de la recherche médicale se payer de mots et croire sérieusement qu’avec l’INCA la France va débusquer le médicament miracle que les feuilles de chou nous laissent entrevoir régulièrement. Non, le cancer n’est pas comme le SIDA une maladie qu’un institut peut éradiquer. Les cancers sont protéiformes, intrinsèquement liées à nos modes de vie, à nos environnements, à nos hérédités.


L’existence de cet institut est la négation de la complexité de ces pathologies que seule une approche pluri disciplinaire permettra, espérons le, un jour de cerner.


La tentation de s’en mettre plein les poches, puisque aucun objectif réaliste ne peut être assigné, n’aura pas épargné les nouveaux dirigeants de cette officine dont on peut seulement espérer qu’elle sera la première victime du mal qu’elle était censée extirper.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

eric 23/06/2006 16:32

S'il n’est rien d'autre qu'un outil servant à remplir quelques poches malhonnêtes, l'espoir devient, dans ce cas là, l'instrument d'un immonde machiavélisme, et une terrible désillusion..  Le moindre centime d'euros, ne serait-ce que mal dépensé, par ce type d'organisme, est un frein terrible qui génère des drames .  Si les dysfonctionnements, ou les malversations sont avérés dans la gestion de l'INCA, il faut sévir d'autant plus sévèrement que nous n'avons encore pas refermé les plaies du scandale de l'ARC, et que les malades, eux,  ont un besoin vital d'avancées concrètes et rapides !  M. Chirac serait bien inspiré, comme cadeau de départ, de s'impliquer personnellement dans l'éclaircissement de ce scandale naissant, lui qui avait fait de la lutte contre le cancer, un objectif électoral.. Là aussi, j'ai bien peur que le mot "espoir" ne soit vidé de son contenu, tant notre monarque consacre ce qu'il lui reste d'énergie au sort judiciaire de quelques amis sauteurs de haies, ou à la qualification des bleus en 8emes de finale du mondial.
 

Oui, la question : "A quoi ça sert  ?", est la bonne question. A quoi ça sert de laisser vivre cette association qui, si on la laisse faire, va bouffer très rapidement les trois quarts de "l'espoir" généreusement viré sur ses comptes ?!
 

Quand on est malade, l'espoir est le SEUL moteur.. Salir ce mot par cupidité est ignoble et criminel.. Si les gestionnaires de l'INCA sont vraiment coupables de ce qui leur est reproché, alors l'idée qu'ils contractent une saloperie de type leucémie ou autre merde de ce genre, me séduirait presque.. Mon indignation n'ira pourtant pas aussi loin.. Quoi que...
 


 

Sony 22/06/2006 21:53

A quoi ça sert ? Aux illusions ? à l’espoir ?
Chaque geste d’euro donné est un acte d’espoir fait par un quidam qui a l’illusion que demain on soignera mieux et mieux encore.
Et aujourd’hui on soigne effectivement de mieux en mieux.
Aujourd’hui on ne meurt pas toujours d’un cancer. Et demain peut être plus.
Ce n’était donc pas une illusion.
Que les dirigeants en profitent, c’est effectivement un scandale.
Mais celui qui écrit que l’espoir ne sert à rien n’a jamais eu cette réalité en face ou a tourné la tête pour ne pas la croiser et veut ignorer les progrès faits tous les jours…
Et cela me semble aussi … permettez l’expression « moralement suspect »