Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

18 novembre 2006 6 18 /11 /novembre /2006 13:47

La furia médiatique a encore frappé. Aucune décence, aucune pudeur pour exploiter ce que tous les sondages laissaient entrevoir : le choix de la présidente du Poitou Charente par les militants socialistes. Ce non évènement monopolise les bavards et les gazetiers qui s’épuisent en superlatifs, en encensements, courbettes et flatteries. A croire que tous journalistes rêvent à possible destin de ministre de la désinformation. N’est pas émule d’Alain Peyrefitte qui veut, encore faut-il avoir du talent.


Désignée donc, elle s’affiche en Marianne, et prend des accents lyriques pour parler à ses sujets qu’elle qualifie, mais pour combien de temps encore, de gens.


Le peuple est versatile, il ignore sans doute que la péronnelle pas même âgée de 20 ans assigna ses parents en justice pour une pension alimentaire ! Il découvrira que derrière la Marianne charismatique pointe une arriviste illuminée et manipulatrice. Ce n’est pas notre nouvelle Bernadette, thaumaturge issue de Lourdes, ce n’est que Ségolène, une politicienne cynique, autoritaire et simpliste.


Sous ses traits faussement avenants percent déjà les rictus de Tatie Danielle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article

commentaires

louis 18/11/2006 15:19

il est vrai qu'elle a reussi à imposer une image radicalement differente de ce qu'elle est : On prete aux nouveaux gouvernements 100 jours de  grace pour que l'opinion se retourne.Alors va t'elle reussir à maintenir son image?
comme Chirac a trahi Giscard ,ne doutons pas que quelques elephants socialistes vont savonner la planche dans l'espoir de rebondir en 2012

totof 18/11/2006 14:01

Cette femme est elle vraiment capable de douceur, de pardon, de valeurs morales, de compassion? Ou de vengeance ? ….« En 1972, à 19 ans, c'est Marie-Ségolène qui, au côté de sa mère, assigne son père en justice, déterminée à le faire payer. Aussi tenace et volontaire que lui, paradoxalement si semblable à cet homme dont elle exige réparation pour une vie sans tendresse…Elle l'emporte au terme de longues années de procédure, à la veille de la mort de Jacques Royal. Reclus dans sa maison de Chamagne, rongé par un cancer du poumon, physiquement et moralement déchu, il s'éteint à l'été 1981, sans avoir revu 6 de ses 8 enfants que Marie-Ségolène a convaincus de prendre fait et cause pour leur mère. » Extrait article de l’express : http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/segoleneroyal/dossier.asp?ida=453683&p=4