Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 11:27

Elle est absente du débat d’idées qui secoue la classe politique en vue des élections. C’est sans doute le résultat de la piètre image que les politiciens français lui ont collé en en faisant la responsable désignée de beaucoup de nos maux. La bureaucratie européenne encouragée par le socialiste Delors s’est immiscée d’abord insidieusement dans la vie des français. Le rejet s’est manifesté brutalement, évité de justesse avec le traité de Maastricht, il s’est formalisé avec le non au referendum. Depuis le sujet est tabou, et pourtant l’Europe est au cœur de l’enjeu.


Soit que l’on souhaite sa construction, soit qu’on veuille en faire l’arlésienne de la politique des prochaines années. Encore faut-il le décider et ajuster ses propositions en cohérence avec ce choix.


Que Chevènement ait pu rejoindre Mme Royal montre que l’idée européenne n’est pas au cœur du projet socialiste, que Sarkozy ait repris l’idée de baisser la TVA sur la restauration n’indique en rien qu’il se battra pour relancer la construction d’un espace politique et économique intégré.


L’Europe devrait être au centre des préoccupations de cette campagne pour la raison que sa construction est un objectif structurant des propositions des candidats. Une fiscalité divergente, un code du travail trop protectionniste, des lois sociales trop différentes, par leur excès de générosité ou par leur timidité, sans parler des contraintes écologiques et c’est tout le jeu de la concurrence qui est faussé : délocalisation d’emplois, transferts de sièges sociaux, récriminations des citoyens pris en otage de règles bureaucratiques. Seule approche réaliste : la convergence avec comme objectif une similarité à terme dans les dispositions qui structurent la vie économique des pays de l’Union. Or cet objectif n’est pas mentionné par les candidats à la Présidentielle français qui se disent pro européens.


Quant à ceux qui font du souverainisme leur cheval de bataille, ils sont très discrets sur les modalités de la sortie de l’Union. Tancer Bruxelles sur ses excès de sa bureaucratie est chose facile, mais y substituer une bureaucratie nationale n’aura pas d’effets utiles. Or nous ne savons rien des scénarios de repli hexagonaux. Ils sont tus, si tant est qu’ils aient été concoctés.


L’objectif de convergence des politiques des états membres ne peut être discuté si la finalité c’est la construction de l’Union. On aimerait savoir ce qu’en pense Ségolène et Nicolas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article

commentaires

paul 22/01/2007 13:39

Qu'est ce que c'est  que l' Europe?
Un espace geographique?Une communaute de valeurs?
Un heritage commun aux citoyens qui la composent?
etc etc
R Brague a tente d'en definir une :"la voie Romaine"
Quand à Lamassoure qui a oeuvre aupres de Giscard il ne s'est même pas posé la question.
Commençons par se poser de bonnes questions avant que de construire un bazar politique

TOTOF 22/01/2007 12:06

L'Europe ... Communauté ou fédération ? ...

mathilde 22/01/2007 11:34

oui ... Car ce que propose SARKO ou ce qui a été dit hier soir à l'émission france europe express concernant le projet fiscal socialiste ressemble à du "rafistolage" et "promesses électorales" ... en tout cas ne s'inscrit pas dans une politique européenne à terme... Pour qui alors voter ?