Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 14:37

Ego

Ce n’est qu’une défection de plus. Mais elle est de poids. L’ancien président d’Air France, de la Ratp , est entré en politique par la porte de l’UDF. Personne n’est parfait. Venant de la société civile Christian Blanc a su mener sa barque au milieu des écueils politiciens. Il s’est fait élire député, dans une circonscription qui n’était pas acquise à la droite. Tout le monde n’y parvient pas.


Il rejoint le camp de Sarkozy. Certains y verront une désertion alors que Bayrou prétend toujours pouvoir jouer les troubles fêtes, d’autres ironiseront sur le choix du moment, alors que les chances de Sarkozy augmentent du fait de la chute de la maison Royal.


Et si c’était plutôt son réalisme et sa lucidité qu’il fallait louer. Pas besoin d’être géomètre pour mesurer l’abîme qui sépare Bayrou de Sarkozy. D’un coté un professeur des lycées, qui aux manettes de l’Education Nationale a réussi l’exploit de rien proposer, de ne rien améliorer. Il n’a survécu qu’en donnant aux syndicats tous les gages qu’ils réclamaient. Il en fut l’otage.


Sarkozy a un tout autre tableau de chasse. Parvenu à conquérir Neuilly, le Conseil général des Hauts de seine, il a pris le contrôle de l’UMP et en a fait une machine de guerre. Ministre exposé aux coups les plus tordus il a montré ses capacités d’homme d’action. Enfin candidat auto proclamé il a réussi le rassemblement de la quasi-totalité des leaders de la droite, jusqu’à être plébiscité.


Chef et stratège il est de la trempe de ceux qui marquent leur génération. Alors on comprend le ralliement de Blanc et de quelques autres UDF à un panache que le béarnais ne saura jamais incarner, même si il se veut le fils spirituel et lointain d’un certain Henri IV.


Mais il faudra beaucoup d’autres départs pour que le coq du Béarn descende de ses ergots et rentre dedans le rang. Comme tous ceux qui prétendent faire de la politique autrement, il n’a qu’une motivation : la taille de son ego.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article

commentaires

paul 25/01/2007 21:43

C'est etrange l'UDF; car à croire le Figaro Santini est en train de virer avec d'autres du 92 et que Sarkozy ne presentant pas d'UMP face aux sortants UDF il y aura sans doute de la reconnaissance de ces derniers.Alors qu'officiellement à part de Robien tous les UDF sont derriere le chef
Comme quoi il semble y avoir deux demarches :
Une pour la scene mediatique
l'autre pour la distribution des roles
Ainsi va la politique

Pierre 25/01/2007 21:13

On l'a vu à l'œuvre quand il était ministre. On ne peut pas dire qu'il ait laissé un souvenir impérissable...

Jean-Pierre 25/01/2007 15:36

En 2007, faire de la politique autrement, c'est faire des propositions. Et des propositions parfois radicales : faire baisser de 20 % en deux ans les dépenses de l'État, par exemple, faire évoluer le droit travail vers plus de simplicité et d'efficacité... entre autres. Alors si Bayrou veut être élu, qu'il se bouge...