Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 21:52

Un récent sondage sur l’emprise des religions dans notre société établit qu’il n’y a plus qu’un français sur deux pour revendiquer l’étiquette de « catholique ». C’est beaucoup moins que les 80% que l’enquête précédente avait dénombrés. C’est beaucoup plus que les 5% qui font du Coran leur texte sacré.


Pour l’essentiel, le reste de la population s’estime laïque. Voltaire y verrait un progrès. Les sondages ne se pratiquaient pas en son temps, mais on peut sans risque avancer qu’agnostiques et athées ne devaient alors représenter qu’une fraction infime des sujets de sa Majesté.


La France est-elle en voie de dé christianisation ?  On peut le craindre, même le déplorer. Il ne s’agit pas de regretter la désaffection des messes dominicales, ou la quasi disparition des rituels religieux dans la vie quotidienne, à l’exception du dernier sacrement. On ne saurait être trop prudent ! Le problème est d’ordre sociétal. La perte du référentiel catholique, à l’heure où le référentiel laïque subit aussi l’érosion du temps crée un vide que les marchands d’illusion s’échinent à combler.


L’espoir peut se nourrir d’un étonnant paradoxe. Au moment où beaucoup de français rejoignent le camp de la laïcité, c’est à l’enseignement catholique qu’ils confient l’éducation de leurs rejetons. Les valeurs dont l’école de Jules Ferry était porteuse sont restées intactes dans l’école privée. Ce mouvement de balancier montre que l’Eglise fait fausse route, non quand elle affiche son enracinement dans le monde réel, mais lorsqu’elle reste ancrée sur des interdits formels que bafouent quotidiennement même ses plus ses fidèles pratiquants.


La religion en tant que rite social a perdu son attrait, mais en tant que refuge de nos fondamentaux culturels, et ciment sociétal, reste irremplaçable. Les catholiques sont responsables de la perte de vitalité de leur culte. Il ne tient qu’à leur hiérarchie de revitaliser l’esprit prosélyte dont Paul était habité aux temps des gentils. Le voudra-t-elle, le saura-t-elle ?

 

On doute même que la réflexion ait effleuré ses éminences. Il n’y a plus qu’à espérer que l’Esprit saint les frappera, avant que leur Institution ne se retrouve en voie d’extinction. Le prochain sondage nous le révélera.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Religion
commenter cet article

commentaires

Pascal Hervé 23/09/2007 18:24

Mon pauvre candide,comme l' a dit un naturaliste éminent,pardonnez moi je ne sais plus lequel,"les caractères ne se comptent pas ils se pèsent".Votre dévotion à la philosophie positive vous empêche de comprendre que la Foi est un colloque singulier entre la créature et son créateur.Un enseignement essentiel de la Foi Chrétienne est "rendez à Cesar ce qui est à Cesar et à Dieu ce qui est à Dieu".Enseignement que votre état de déçu du materialisme historique vous empêche de comprendre.Par compassion je vous délivre,sans illusion,cette sentence de Dostoiewsky,"la beauté sauvera le monde".....

pascal Hervé 23/09/2007 18:13

Mon pauvre candide,comme l'a dit un naturaliste éminent,pardonnez moi je ne sais plus lequel,"les caractéres ne se comptent pas ,ils se pèsent".Votre dévotion à la philosophie positive vous empêche de comprendre que la Foi est un coloque singulier entre la créature et son créateur.Peu importe le nombre de croyants "revendiqués",vous souffrez d'une vision matérialiste de la religion et surtout de la Foi.De grâce ,ne nous polluez plus avec votre athéisme militant de déçu du matérialisme historique.Rendez à Cesar ce qui est à Cesar et à Dieu ce qui est à Dieu. Mais peut être avez ou un besoin,sinon pressant du moins congénital de "têtes de turcs"????

marie 26/01/2007 20:17

je proteste , il y a d'autres chretiens que les catholiques. L'homme moderne est responsable de son nouvel ideal dans la lignée de Voltaire et des penseurs des lumieres à savoir une foi absolue en un progres de la science qui nous conduit infailliblement vers le bonheur .
Mais aujourd'hui il commence à douter .Sa certitude vacille .Son espoir d'une vie meilleure apportée par la technologie s'effondre;
Les questions essentielles demeurent :que m'est il permis d'esperer ?que puis je savoir?, que dois je faire?
Dire que la religion est le refuge des fondamentaux culturels n'a donc pas de sens. La religion est le domaine du rapport de l'homme au transcendant et non celui de la morale ni de la culture.Certes l'eglise donne une reponse, la sienne.
Enfin pouir rebondir sur ce que dit Bernard ,Dieu est amour pour un chretien au sens de l'agape (grecque) c'est à dire la charite c'est à dire la caritas (romaine) ce qui comporte les deux composantes l'eros et la philia (grecque)à savoir l'amor et la dilectio (romaine).
C'est bien sûr la voie que nous indique Benoit XVI dans son encyclique
encore faut il la lire

bernard 26/01/2007 12:57

On souhaiterait aujourd’hui que la religion se voit et que la croyance s’inscrive dans des rites et signes bien visibles. Chaque être humain fait sa propre quête (et enquête du reste) de Dieu. Et s’il y a une chose que je voudrais défendre, c’est le respect du silence dans ce domaine là. Avec le temps on a essayé de substituer les mots « Dieu, Amour, » termes absolus par essence par des termes plus palpables « Patrie, fraternité, Egalité, Morale », plus palpables en tout cas définissables … Mais cela ne suffit pas … le mot « liberté » restant nous pose problème … Nous n’avons pas de définition, seulement des limites arbitraires , discutables donc … et tant que ce sera le cas … C’est du côté de chez Dieu qu’on ira voir … En silence comme beaucoup ou en le montrant comme une autre partie parce que cela revient petit à petit dans le hit parade des « valeurs morales » et qu’on a tant besoin que cela se voit … Dieu nous a-t-il imaginé « libres » … ou nous a-t-il posé un problème qu’on ne résoudra pas ? Ou bien tout simplement s’est il dit «  avec ce mot là, chacun composera en fonction de l’histoire et de son histoire » Les choses sont donc réversibles … Question d’histoire … Ou d’histoires …De circonstances, d’évènements… Tant qu’on croira que la politique nous aidera à nous en sortir … On ne cherchera pas plus loin … L’amour est relégué aujourd’hui au rang « cerise sur la gâteau » parce que nous fonctionnons en mode survie dans un nouveau monde matérialiste. Mais cependant il reste là … Car la première chose qu’on arrive à dire quand on est en peine c’est à autrui « je t’aime » … Il peut donc prendre la forme du désespoir … Ou d’une demande de compassion … Dieu et amour existent donc en nous … et pas à 50% …
Bon j’ai fait court … Pour en fait dire que le simple fait d’y réfléchir est d’y croire …Et qu’on en est tous là … Les plus « libres » de nous le garderons pour eux … Ceux qui le sont moins et qui auront besoin d’une étiquette de bonne morale l’afficheront.
C’est sournois la morale …
 

Daumont Jean 26/01/2007 10:33

  Veuillez excuser cette double mise en page de mon commentaire, due à un "incident technique" et non à un gonflement de mon "égo" personnel... Ayez l'amabilité d'éliminer l'un des deux commentaires, ainsi que la présente mise au point, puisque je ne peux pas le faire moi-même...Merci !