Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 10:15

Qu’il se voit déjà en haut de l’affiche ne nous étonne pas. C’est bien le moins que l’on puisse attendre d’un candidat. Qu’une ambition effrénée lui serve de moteur et qu’entouré de petits soldats il compare son quarteron de supporters à une armée en campagne fait partie du spectacle.


Mais que les français interrogés lui témoignent autant d’intérêt mérite quelques réflexions. Sont-ils bercés par la musique sans préter attention aux paroles ?


Dommage car les mots méritent qu’on s’y arrête.

Déjà l’idée de promettre de ne pas faire de promesses donne un résumé du cercle vertueux dans le quel cherche à pièger les électeurs, car sur le fond la pensée béarnaise est d’une extrême simplicité : réunir les gens que tout oppose pour en finir avec les divisions. Dans un monde où tout le monde il n’est pas beau, tout le monde il n’est gentil, notre béarnais apparaît bien niais.

Ceux qui s’intéressent à son projet se recruteraient chez les bobos et sans doute aussi chez quelques gogos. Avaler tout cru des promesses – mais oui il en fait - de réduire les coûts de fonctionnement de l’Etat sans réduire le nombre de fonctionnaires, ou de s’attaquer à la dette sans augmenter les impôts ne peut que séduire des français en panne de QI.

Marteler qu’il obtiendrait une majorité pour gouverner est le socle sur le quel il doit s’engager pour garder un minimum de crédibilité. Qu’il se trouve presque 20% des sondés pour imaginer ce scénario réalisable en dit long sur l’inculture de nos concitoyens quand on sait qu’il a peiné à faire élire 30 députés.

Un Bayrou président sans majorité à l’assemblée : c’est une France condamnée à l’immobilité. L’immobilité, c’est ce que Bayrou a su le mieux gérer pendant ses années de ministre.
Si il a étendu son audience en augmentant son arrogance il reste surtout le candidat de l’ambivalence. Il veut le pouvoir pour ne pas l’exercer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article

commentaires

Pascal Hervé 04/10/2007 16:31

"Qu'une ambition éffrénée lui serve de moteur" n'est ce pas  plustôt de Nagy-Bocsa que vous vouliez parlé???

olivier rossignol 04/03/2007 21:09

Bonsoir, j'aime bien ton blog, sans pour autant partager tes avis...ici, je prends enfin la parole !!!Méfies toi !  il  est fort possible  qu'une fois élu à la présidence, Mr Bayrou obtienne une majorité.Et si jamais ce n'était pas le cas ! Et alors ?Les 35h, vaste connerie tu en conviendras, n'étaient pas une réformette mais bien une réforme de grande ampleur !!!! Preuve s'il en est que cohabitation n'est pas synonyme d'immobilisme !!!Enfin, il ne faut pas oublier que l'élection présidentielle est avant tout, même sous le quinquennat, l'élection d'un homme (pas d'un parti, pas d'un projet...). Si l'un peut faire peur et si l'autre peut paraître incapable... alorsje te laisse lire la suite sur www.changerlavenir.comolivier.

Jacques Heurtault 04/03/2007 16:06

C'est faire un bien mauvais procès à François Bayrou que de le croire incapable de représenter la France sur la scène internationale ... Valéry Giscard d'Estaing y est bien parvenu ... François Bayrou le peu tout aussi bien que lui.Il n'aurait pas de majorité pour gouverner, dites-vous. C'est oublier la dynamique qui se produit toujours après une élection présidentielle. Ainsi l'UMP a-t-elle pu obtenir une confortable majorité malgrè le score de Jacques Chirac inférieur à 20% des voix au premier tour, en 2002.C'est oublier un peu vite que le P.S, en 1981, après l'élection de François Mitterrand, a obtenu, avec 38% des voix au premier tour, la majorité des sièges à l'Assemblée Nationale (avec 2/3 de cette majorité composée de fonctionnaires et plus particulièrement d'enseignants, ce qui a proqué le délire auquel nous avons eu droit pendant les deux premières années du mandat.On peut, par ailleurs augmenter les recettes fiscales sans toucher au taux de l'impôt ... donc sans augmenter la pression fiscale. Il suffit que l'économie se développe ... naturellement.

Jean 04/03/2007 14:10

il est effectivement difficile de voir que près de 20% des français seraient tentés de voter pour BAYROU ... Mais ont il l'intention de voter pour quelqu'un qu'ils apprécient ou bien est ce un choix par déception des deux autres candidats ? ou peut être ne savent ils plus entre plus d'impots et moins d'impôts ...
Car en fait ces 20% imaginent ils très sérieusement BAYROU dans le rôle d'un Président qui va représenter une grande nation sur la scène internationale ?

Daumont Jean 04/03/2007 11:24

  François Bayrou n'est jamais que le dernier en date des "hérauts" (certainement pas des "héros" !...) du "centrisme" qui, naguère, a fait les beaux jours du "radicalisme" de la 3ème et de la 4ème République ... et a déjà connu sous la 5ème République une nouvelle heure de gloire avec Giscard d'Estaing qui "voulait gouverner au centre"... , ce qui prouve que le "bi-partisme" actuel n'est pas une fatalité inévitable... Il n'est donc pas impossible que Bayrou fasse son chemin, et, s'il réussissait, qu'il puisse créer, comme il l'envisage un "grand parti démocrate" ayant des chances d'avoir une majorité dans la foulée de son succès (il y a eu des précédents...). Le problème serait alors pour lui "d'associer les contraires" : on a déjà vu ce que cela donnait de "ménager la chèvre et le chou" quand il était Ministre de l'Education Nationale...