Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 17:05

Le ramdam fait autour du plan de restructuration d’Airbus frise l’indécence. C’est too much ! Le chagrin et la pitié se répandent chez les politiciens comme la petite vérole sur les membres du clergé. Ne parlons pas des médias qui retrouvent avec cette affaire les accents emphatiques dont ils se parent quand le monde est au bord de l’abîme. Si ce n’est qu’en la circonstance d’abîme il n’y en a point.


Aucun salarié ne perd son emploi, aucune société du groupe EADS n’est acculée au dépôt de bilan ; les salaires sont payés, aucun avantage acquis ou octroyé n’est rogné.


Les départs pour cause de retraite ou pour raisons personnelles ne seront pas compensés dans la limite de 4500, tel est l’essentiel du plan de Mr Gallois. C’est quand même pas la cata !


Sait-on que tous les jours en France, ce sont 5000 emplois qui disparaissent sans aucun plan d’accompagnement autre qu’une lettre d’introduction à l’ANPE locale. Et qui se préoccupe du sort de ces sans grades qui sont jetés dans la rue parce que leur entreprise a été liquidée, ou parce qu’elle a réduit la voilure selon l’euphémisme marin qui décrit mal les affres du licenciement.


Alors quel est le problème ? Pourquoi cette mobilisation ? Le déferlement médiatique autour d’Airbus montre qu’en France il y deux catégories de salariés. Ceux qui ont tous les avantages, les droits, qui peuvent ameuter la puissance publique et médiatique, et les pauvres hères qui salariés sans visibilité, sans pouvoir de nuisance sont happés par les restructurations sans qu’aucun syndicat, aucun média, aucun candidat ne lèvent le petit doigt.


Parce qu’on se veut le défenseur de la veuve et de l’orphelin on n’aura de cesse de crier au scandale devant l’exploitation éhontée par la gente politique de ce qui n’est qu’un incident sans conséquence funeste pour les salariés choyés de l’aéronautique.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Eric 08/03/2007 21:00

Bien d'accord.. Marre de ces surexpositions médiatiques au moindre éternuement d'un de nos fleurons industriels. A croire que les salariés de ce pays travaillent tous dans  les boites du CAC 40. Le mécano qui s'est fait virer hier pour raisons économiques du garage de  "Balézoeufs en Vercors" ou il a  gratté 15 ans, ou celui  qui va s'en faire  virer demain, n'a aucune chance de voir nos prétendants au pouvoir sur son pas de porte, se pencher sur son triste sort de nouveau promu au chômage.
On est encore et toujours dans cette sempiternelle récupération, de moins en moins digeste..

gjousset 06/03/2007 18:13

Personne ne rappelle que Airbus, résulat de la fusion de Sud-Aviation avec quelques confréres plus modestes a créé quelques dizaines de milliers d'emploi en vingt ans. Les succes magnifiques, et ils le furent , sur ce point comme d'autres appellent  une contre-partie quand le vent est moins favorable. Mais la balance est encore et toujours en faveur des emplois crées  et non pas des emplois détruits.La réaction de nombre de chefs d'entreprise devant le lynchage  médiatique  et syndical en cas de licenciement  est de ne pas embaucher. Rappelons que quand on n'a pas embauché, on n'a pas à licencier..Pauvre France.