Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 14:06

Chateaubriand nous invitait à économiser notre mépris, vu le nombre des nécessiteux ! Pourtant les professeurs du secondaire n’échapperont pas à notre vindicte, eux qui assujettis aux 18 heures hebdomadaires dérogent à leur mission existentielle : assurer la réussite des adolescents que l’Etat leur a confiée en refusant les heures sup pour leur faire passer le bac blanc.


Que cette corporation et ses plus influents syndicats appellent au boycottage de ces épreuves  soulève la colère des lycéens peu suspects de libéralisme primaire. Faut-il que les profs aient perdu tout sens des repères pour s’en prendre aux apprentis bacheliers au motif d’une infime réduction de leurs privilèges.


Pauvre France qui n’en finit pas de s’interroger sur les raisons de son déclin, et réagit si mollement quand l’une de ses respectables institutions – l éducation nationale – subit la jacquerie de ses titulaires.


Ne serait-ce l’occasion rêvée pour des candidats de prendre une position claire et d’abandonner la langue de bois? Vu l’importance qu’ils accordent à la formation et au rôle clé des enseignants pour assurer le renouveau qu’ils promettent à la France , peuvent-ils rester indifférents ? Leur silence est assourdissant.


C’est que le corps enseignant et son million d’électeurs pèsent plus lourd que l’avenir de nos enfants, qui – incidemment - ne votent pas encore ?


Plus facile de s’inquiéter de la dérive budgétaire qui fera peser sur la future génération le fardeau de la dette et écornera leur pouvoir d’achat, mais plus risqué de fustiger le corporatisme, l’égoïsme, l’étroitesse d’esprit de ceux qui jouent avec l’avenir immédiat de leurs étudiants, comme d’une carte pour monnayer leur minable revendication.


Et qu’attend Bayrou, le roi auto proclamé de l’Education pour faire entendre sa différence ?  Lui qui veut s’attaquer à la dette laisse ses copains des syndicats d’enseignants prendre en otage l’avenir des élèves de terminales.


Bayrou prétend avoir changé, et nous assure de son courage : son silence confirme qu’il est resté le même, celui qui cogérait avec les syndicats. Il est toujours  – excusez la vulgarité – la couille molle qui fit le bonheur des enseignants. Voila les français rassurés !

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

Enzo 18/03/2007 20:05

Bayrou est responsable de la mort du professeur Jacques Seurot. Rien que cela fait que l'individu méritelemépris leplus tenace.

TOTOF 17/03/2007 16:08

Bayrou joue sur les compromis et cela marchera ... Jusqu'à ce que les gens n'acceptent plus de compromis mais des faits ...
Qui n'abuse pas aujourd'hui de compromis ???????? Candide peut être ???????? Bien sur que non : il n'aurait plus de lecteurs .... Les vérités ne plaisent pas pendant que les compromis occupent le temps,de la réflexion ....

Pierre 14/03/2007 21:41

Les revendications catégorielles sont certes bien dérisoires si l'on considère les grands enjeux du moment. D'un autre côté, les enseignants ont perdu 20% de leur pouvoir d'achat en quelques années et ils font un métier impossible. Alors ?

Olivier Rossignol 13/03/2007 21:08

Chère Candide...Cela m'inquiétais...hier, tu avais homis de "baver" sur Bayrou !Diantre, Candide était-elle souffrante ?Ouf !! Dieu soit loué ! Voilà qu'aujourd'hui tu remets ça... donc c'est que tu vas bien!!Voilà qu'aujourd'hui, j'ai failli être d'accord avec toi sur toute la longueur de l'article !!!Incroyable...Mais voilà...à 5 lignes de la fin, tu éternue le nom de Bayrou... alors que tu aurais pu citer Sarko ou Ségo... non, dans l'obstination... toujours le même... Bayrou !Bon, encore une fois... je te pardonne !:-))olivier.

jean-michel 13/03/2007 18:33

Lu sur le blog de Aphatie qui cite claude Allegre:
Au détour de l'un de ses raisonnements, il a évalué à 3.000 le nombre des permanents des différents syndicats qui seraient payés par le ministère. Le chiffre est important et les pouvoirs s'abstiennent de faire la moindre publicité là dessus.
 puis de citer les stages auxquels s'adonnent les enseignants:
Pédagogue, il choisit l'exemple de stages de poterie qui vidaient malencontreusement les classes et laissaient les élèves en peine d'enseignants.