Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 10:59

Les scrutins à deux tours ont-ils encore un avenir ?


La question semble incongrue tant dans ce pays on est habitué à se déplacer aux urnes deux dimanches de suite pour désigner nos maires, nos députés, notre président. C’est l’exception française, puisque la plupart des démocraties disposent de lois électorales assurant l’élection après un seul round.


On ne compte plus le nombre de lois électorales dont le pays s’est doté. En face de la stabilité des modèles américains, anglais, allemands, notre versatilité électorale autorise les candidats à préconiser un ultime ( ?) changement profond de notre mode d’élection. Peu importe que ce changement s’inscrive dans un projet plus vaste de réformes des institutions ou pas. L’objectif est de mettre un terme à la tyrannie des sondages. Or seule l’élection à un tour permet d’y parvenir.


Dans le système actuel, le sondeur dispose d’un pouvoir d’influence considérable. Les manipulations révélées sur ce blog, celles détectées par l’institut de contrôle et reprises dans le Monde prouvent qu’aucune éthique, ou règle morale n’empêchera un institut d’agir au profit de ses clients.


Créer un engouement Bayrou, Royal ou tout autre n’est qu’affaire de gros sous. Mais plus grave encore le sondage, même effectué sur des bases équitables, conduit l’électeur éclairé à pratiquer le vote « stratégique ».


Expliquons nous. La proximité révélée, en mai 2002, par les derniers sondages entre les scores de Jospin et de le Pen pour la deuxième place qualificative, conduisait logiquement le partisan du président sortant à voter Le Pen pour mettre Jospin en troisième position. Suffisamment nombreux furent les électeurs de Chirac qui pratiquèrent ce vote « stratégique » au premier tour pour lui assurer une victoire imparable au second.


Actuellement nombreux sont les électeurs de Sarkozy qui craignant un duel Sarkozy Bayrou au second tour, dont l’issue est annoncée fatale à l’UMP, s’apprêteraient à voter Royal au premier tour pour éviter le risque de cette configuration.


Il ne s’agit dès lors plus de choisir au premier tour et d’éliminer au second, selon la formule prêtée à Mitterrand, mais d’éliminer au premier sur la base d’informations tronquées, voire manipulées. Le résultat du second tour ne sort dès l’instant plus des urnes mais peut résulter des officines de sondage, bras armés d’État major des partis politiques.


L’interdiction des sondages dans le monde de l’Internet ne pouvant pas même être imaginée, la solution pour redonner au suffrage universel sa valeur démocratique passe par la suppression des élections à deux tours. On doute que les instituts de sondage vous posent jamais la question ...


lire aussi  : Les partisans

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article

commentaires

drogou 22/03/2007 16:17

Candide pour contrer cette théorie manipulatrice, reste à tous de voter blanc au premier tour.

MATHILDE 22/03/2007 14:41

Poule et œuf ? Ah non … je ne crois pas … Cela signifie qu’on ne tient pas compte de l’histoire qui explique des comportements et choix …Rien n’arrive par hasard… Candide se rappelle t il qu’on a coupé la tête à un roi ? Et qu’il y a eu au nom de la liberté en France la terreur ? On ne gomme pas l’histoire … On s’y adapte... Et avec elle, on construit l'avenir.

JEAN 22/03/2007 14:22

OUI... Mais avant ils consultent ,négocient et rassemblent pour arriver à deux partis ... On arrive à un résultat similaire ... Et bientôt ... Deux partis de droite ... (du moins deux partis qui acceptent l'économie de marché) Ma théorie se tient depuis longtemps déjà ... Et je prédit même qu'un jour on ne votera plus en France pour un programme mais pour un homme ou une femme ... On n'arrête pas le progrès ! On a failli cette fois là et on s'est arrêté en chemin ... Mais cela viendra ...

JEAN 22/03/2007 12:48

Quant au cas BAYROU qui pourrait arriver en tête au second tour alors que troisième dans les choix d’aujourd’hui : c’est en quelque sorte le paradoxe de Concordet… Avec ou sans média … Ce paradoxe existe. En 74 Giscard a fait dans les 30% au premier tour alors que Mitterrand 43 … Il a été élu au final … Et en 74, il n’y avait pas tous ces sondages …

Candide 22/03/2007 14:14

Eternel problème de la poule et de l'oeuf.dans un système à un tour, il n'y aurait évidemment pas 12 candidats.Quand on sait que 3 seulement peuvent accéder à la plus haute marche il est vain de laisser  s'exprimer des personnages qui utilisent les moyens de la démocratie pour promouvoir des idélologies propres à l'exterminer.D'autres l'ont compris....

JEAN 22/03/2007 12:29

Notre système imparfait tient compte du nombre important des candidats. Un scrutin uninomal majoritaire à un tour ne peut être considéré comme satisfaisant dans la mesure où avec 12 candidats, le premier arrivé avec par exemple 18% pourrait être élu. On ne fait des réformes qu’avec une majorité forte. Le « un tour » est utilisé par d’autres démocraties quand il y a deux candidats. Ce n’est pas le cas français qui a choisi que pour être élu il faut une majorité donc 50% des voix plus une. Revenir là-dessus serait empêcher certains candidats de s’exprimer…. On n’est pas prêts d’y arriver… Ou alors, il faut organiser des « pré élections » afin d’organiser avant des reports de voix, ce qui globalement reviendrait au même. Le système n’est pas si mauvais. Quant aux sondages… Oui ils manipulent mais comme toute campagne de publicité… Réserve donc sur l’interprétation… C’est à l’électeur de se faire une idée car les manips vont dans les deux sens. Ou alors il faut interdire les sondages ? Mais même cela a été modifié car maintenant on peut avoir des sondages jusqu’à la veille des élections alors qu’avant on se l’interdisait. En résumé, un système plutôt démocratique … Pourquoi s’en priver ?