Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 10:26

Mille heures. C’est l’équivalent d’un mi temps d’emploi protégé. C’est l’enjeu de la grève de la CGT qui paralyse le port de Marseille depuis 14 jours. On pourrait gloser encore sur cet anachronisme franco français, sur ce vestige de l’illusion communiste qui pourrit les relations sociales, sur les nuisances subies par l’économie locale, sur les monopôles syndicaux qui perdurent dans le monde portuaire, le monde de la presse… et ont hâté des délocalisations, détruit des emplois…non, on les a souvent stigmatisé, on a dénoncé les privilèges exorbitants des dockers, leur népotisme institutionnalisé et on a attendu que le relais soit pris par les hommes politiques… en vain !


Des carpes !


Certes ces exactions les font bouillir, exaspèrent leurs électeurs, minent leur crédibilité, mais silence, un candidat à la présidentielle ne commente pas une grève des dockers, pas plus qu’il ne critique des professeurs qui refusent de faire passer le bac blanc pour maintenir leur 17 heures, pas plus qu’il ne s’élève contre des cheminots qui pourrissent la vie des banlieusards pour prendre une retraite à 50 ans. C’est tabou.


Explication.


Le premier qui exprimerait son ras le bol, son indignation, sa sollicitude pour les victimes, otages d’une poignée de nantis se verrait sur le champ accuser par tout ce que la classe politique compte de couards de dresser les français les uns contre les autres, de jouer la division du monde du travail, de saboter l’unité nationale.


Voilà l’enjeu.


Alors dissipons les malentendus. Puisque les électeurs attendent de leur Président qu’il se mêle de tout, de la sécurité, de l’éducation de leurs enfants, de la circulation les jours de neige et bien entendu de leur trouver un emploi alors il doit dénoncer tout ce qui nuit au travail, toutes les murailles, les bastilles, vestiges d’un temps où le chômage n’existait pas.


Peu importe au final si cela défrise quelques corporations, qui n’ont cure de l’intérêt général comme le montrent leurs grèves à répétition – peu importe si des démagogues se précipitent pour soutenir ici des dockers, là des roulants au nom de la sauvegarde des avantages acquis. Le candidat qui remettra la France au travail, c’est celui qui abattra ces murailles, prendra ces bastilles, brisera ce tabou au nom du quel on ne dresse pas les français privilégiés contre ceux qui veulent travailler.


Ce candidat ce n’est certes pas Bayrou, le co-gestionnaire, ni Royal, encore qu’elle en aurait les tripes, mais la sociologie de son électorat le lui interdit.


Serait-ce Sarkozy ? Alors on se tait, on l’écoute !

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Présidentielles
commenter cet article

commentaires