Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 19:55

Il domine la rhétorique, sa formation d’avocat l’a préparé aux joutes oratoires. En est-il pour autant convaincant ? Parle-t-il au cœur ou à la raison ? Sa performance sur LCI prouve – s’il en était besoin – la maîtrise du candidat de l’UMP sur tous les sujets que les journalistes- contradicteurs lui ont proposé.


Non il n’a pas évolué, sur les thèmes de la sécurité, sur la fiscalité, sur le rôle de la banque centrale européenne, il reste fidèle à ses positions, sans doute aussi à ses convictions. Et si il a évolué depuis le début de la campagne ce n’est jamais en se contredisant, disons que c’est en affinant une position qui avait pu être initialement mal exprimée.


Quand on rapproche son intervention de celle de ces deux principaux concurrents on peut sans hésitation lui donner la palme pour la cohérence, la compétence et la capacité à argumenter ses positions. Mais une étrange impression émane du personnage. L’illusion que le candidat qui expose ses convictions est dans un jeu de rôle. Il est à la barre, il défend une cause, celle de la France et s’il le fait avec talent pourquoi ne croise-t-il jamais le regard des électeurs - téléspectateurs. On le sent absent. Il est d’ailleurs, il est dans un jeu d’acteur, sans doute sera-t-il élu président ; mais c’est à un autre qu’e devra échouer la mission de conduire la France.


Nicolas le candidat, laissera la place, souhaitons le, à Sarkozy le président. Mais si l’acteur restait aux commandes alors la France ne serait dirigé que par un intermittent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article

commentaires

spamy 02/04/2007 11:36

question posé :
un candidat peut-il etre en désaccord avec son parti.  Le problème est que Marie-Georges, Olivier, Marie et Nicosar, sont des candidats qui seront tenu de tenir les promesses de LEUR parti, auquels ils sont liés. Pas lieu donc, de lire leur profession de foi, mais plutôt le programme du parti qu'il soutiendront aux législative. Si M. Sarkozy ou Mlle Royal, décident de ne pas accepter l'adhésion de la turquie, dans l'UE, cela n'aura aucune influence sur le vote d'un parlement UMP ou PS, qui de toute façon, votera pour l'adhésion !
Candide et bien d'autres, ferait mieux, de commenter, pour ces candidats d'appareil, le programme de ceux-ci, plutôt que les propos et promesses de leurs ventilateurs.
Cela pour répondre que Nicolas n'est effectivement pas Sarkozy

paul 01/04/2007 20:30

Les français ont deux types de candidats. Ceux qui peuvent être élus et qui se livrent à la demagogie; ceux qui n'ont aucune chance d'être élus parce et qui se livrent à leurs visions utopiques. D'ou l'analyse de Candide et la gêne de l'electeur   qui doit choisir un candidat parmi ces deux typologies .
Donc ce seront les vieux reflexes qui feront le choix entre les deux caricatures "epouvantail": une societe collectiviste qui prelève de plus en plus et qui tue la volonte de travailler et une societé libérale qui creuse les inegalités et qui laisse les pauvres au bord du chemin