Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 14:26

574.8. Ce sont les nouveaux chiffres fétiches de la SNCF. Record battu par un TGV à Eclaires. En 1955 les 331 km/h atteint par une rame électrifiée avaient symbolisé le succès du made in France. Enfin son ambition retrouvée. Cette France des ingénieurs est une exception. Elle n’a d’équivalent nulle part ailleurs. Peut-être la marque de fabrique d’un système éducatif élitiste dont les grandes écoles d’ingénieur fut la fierté, d’une France convaincue que le monde entier lui enviait ses chefs d’œuvre.


La juxtaposition d’un monde industriel étatique, de grandes écoles scientifiques dans une économie semi dirigée allait engendrer des merveilles technologiques. Encore que ce vocable fut inconnu de cette génération.


Le Mistral, l’ordinateur Bull gamma 30, le procédé de télévision couleur Secam, le paquebot France, le Concorde, le TGV et l’avion Rafale sont les enfants prodiges emblématiques de ces 30 glorieuses qui suscitèrent plus de cocoricos qu’ils ne firent rentrer de devises dans les caisses de l’Etat.


Qui d’ailleurs s’en préoccupaient ? Les politiques qui tenaient les cordons de la bourse ? Certes pas, trop heureux de récupérer les dividendes d’une politique industrielle aux relents fortement nationalistes. Les gérants des groupes industriels ? Pour quelles raisons auraient-ils été plus royalistes que le roi. Assurés d’être subventionnés ils pouvaient dépenser sans s’inquiéter de la validité économique des merveilles qu’ils enfantaient.


C’est cette France que nous honorons toujours, cette France schizophrène qui continue à regarder ces jouets qu’elle ne peut plus se payer comme s’ils pouvaient lui ouvrir des portes de grands marchés.


C’est oublier que tous ces exploits techniques et industriels ont été de grands bides financiers. Parce que des échecs commerciaux. Un seul TGV roule sur des rails étrangers, nul Rafale ne vole hors les couleurs de l’armée française, le plan Calcul fut la catastrophe que l’on a oubliée, le Concorde coûta une fortune aux contribuables, quant au procédé de télé couleur il n’y eut que l’Egypte pour l’acquérir avec les fonds qui lui étaient versés pour le faire.


Alors on peut toujours fermer l’ENA, mais la culture du record pour le record, de la prouesse technique pour la prouesse, du défi technologique pour le défi est toujours vivante chez nos hommes politiques quel qu’en soit le bord. Celui qui oserait mettre un bémol au motif que ces « exploits » n’ont pas de marché, ne crée pas de valeur passe pour un traître, un vassal de l’économie libérale, un agent à la solde des intérêts étrangers.


Et pourtant, quand la France de ce début de siècle se glorifie d’un nouveau record de vitesse sur rail, le banlieusard lambda continue à galérer dans des rames de train de banlieue qui ne dépassent pas la vitesse moyenne d’une diligence du siècle d’avant. Schizophrène !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Peronito 06/04/2007 12:11

J'aime bien ton blog atypique. Comme nous apprécions tes interventions, et comme for je vais tâcher de te "rendre la politesse" selon les aléas de l'actualité...
Pour le TGV, tu es sévère. Ce petit relent de la France pompidolienne, industrielle et à la pointe, n'est pas à proprement parler un échec commercial (contrairement en effet aux autres exemples que tu cites!) : partenariats avec Alstom à plusieurs endroits, fabrications "composites" à moult endroits (une part techno TGV, une part autre chose...)... En un mot c'est une belle réussite, rentable en France, connue à l'étranger, et finalement relativement vendue!
Pour une fois que "la France gagne" soyons heureux!
La nuance (car rien n'est tout rose) c'est l'effet "banlieuïsation de la France" qu'entraîne le TGV - à mettre toutes les villes si près de Paris. Il ne reste guère que Toulouse à pouvoir préserver une autonomie culturelle et à pouvoir être le seul pôle de sa région.

Nico 06/04/2007 09:02

Votre conclusion était prémonitoire !Candide lirait-il dans le marc de café ?

Anne 03/04/2007 19:05

un peu d'injustice chez candide ... qui ne fustige pas quand on traverse les mers à l'envers ou à l'endroit ... Alors que personne ne demande combien ça coûte et qui paie la surveillance pour ces exploits là ... non ... C'est bien ...