Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 11:43

Oh temps suspend ton vol ! Le jour le plus long pour les candidats et leurs militants. Le verbe leur est confisqué l’espace du week end. On peine à imaginer la frustration de ceux qui ont tenu le crachoir pendant plusieurs mois. Ils devront attendre vingt heures dimanche soir pour reprendre l’usage de la parole. Et c’est ce point qui fait polémique.


Pourquoi un tel empêchement ? De quelle nature est cette interdiction que certains s’apprêtent à violer. Elle éviterait, soi-disant, de troubler les électeurs. Mais qu’est ce qu’une campagne si ce n’est un travail d’influence, de lobbying, de séduction ? Cette activité deviendrait suspecte 24 heures avant le scrutin. On peine à comprendre pourquoi.


Les sondages dont le pouvoir d’influence n’est plus à discuter sont notoirement faussés. Les derniers se contredisent notablement quant aux évolutions des principaux candidats et pourtant tous affirment que leur échantillonnage est représentatif de l’entièreté de la population. C’est à l’évidence faux.


Le suffrage universel est confronté à la vulgarisation des technologies de l’information. Les urnes et leurs bulletins de papier sont les vestiges d’une ère pré numérique. Les machines à voter permettent de connaître en temps réel le résultat des votes effectués. C’est comme un sondage grandeur nature, mais cette information est consignée. En quoi est-elle de nature à modifier les résultats. Ni plus ni moins que des sondages bidonnés ?


Les déclarations de sorties de bureau de vote donnent l’indication précise sur le contenu des urnes. Elles vont nourrir les machines à simuler qui nous donneront les résultats estimés au top de 20 heures. Pourquoi ces informations disponibles sur Internet ne peuvent être diffusées.


Il est nécessaire de considérer que l’entrée dans l’ère numérique modifie les comportements de l’électeur. Il dispose d’une panoplie de moyens d’informations qui ne se limitent plus à l’hexagone, il peut faire connaître son opinion et réagir instantanément aux propositions sollicitations des candidats.


Cette incursion du « temps réel » dans la vie politique n’en est encore qu’à ses balbutiements et les interdictions du CSA semblent bien désuètes pour endiguer la vague numériques qui bouleverse la relation du citoyen à la ré-publique.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Présidentielles
commenter cet article

commentaires

Jacques Heurtault 21/04/2007 18:44

Le plus simple n'est-il pas :1. de généraliser les machines à voter.2. d'en réserver l'usage, pour l'instant, aux scrutins moins fondamentaux (municipales, cantonnales, consulaires, prud'homales, etc ...)3. de clore les bureaux de vote partout à la même heure sur tout le territoire national (au moins métropolitain). C'est à dire à 20 heures.