Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 21:31

Les recettes sont nombreuses, aucune n’est garantie sauf à donner dans l’escroquerie, voir ci-dessous. On peut, pour simplifier, limiter à deux les façons de s’enrichir :


Soit prendre beaucoup d’argent en une seule fois et c’est l’idée simpliste du loto qui fait rêver des millions de gogos mais ne procure le gros lot qu’à un infime nombre de prétendants.


Soit en prélever un petit peu à beaucoup de gens à la fois. Cette méthode est exploitée – entre autre - par tous ceux qui possèdent un fichier clients bien garni. La méthode consiste à engranger sur chaque transaction quelques euros de trop. A la fin du compte les petits ruisseaux ont fait de grosses rivières et les victimes de ces détournements peu fiers de s’être fait grugés, préfèrent perdrent leurs picaillons que se manifester devant les tribunaux, qui ne font d’ailleurs rien pour les y inciter.


Cette analyse est partagée par les banquiers qui en dix ans ont engrangés 11 milliards d’euros sans contre partie. Ils ont ponctionné les candidats à l’accès à la propriété : des gens plutôt solvables en sur facturant la prime décès -invalidité. Autant faire du fric avec ceux qui en ont que chercher à s’enrichir sur le dos de ceux qui en sont dépourvus. Pas nécessaire de sortir d’HEC, parole de banquier.


Mais il faut aussi savoir rester discret et 11 milliards détournés de leur destination – la couverture du risque décès des titulaires de crédits immobiliers – ça ne pouvait passer inaperçu. Les banquiers, une fois encore, sont pris en flagrant délit d’abus de position dominante. Leurs défense est déroutante : c’était pour couvrir leurs frais !  Les frais des décès qui n’ont pas eu lieu : il y aurait de quoi mourir de rire si on les prenait au sérieux.


Puisque ce nouveau gouvernement souhaite montrer qu’il s’intéresse aux braves gens il a l’occasion de passer la loi sur les actions de groupe que l’insipide Breton avait, sur pression du Medef, évacuée de la liste des engagements de l’ex président. Aucune banque, aucune institution ne se risquerait à gruger ses clients – comme le font les organismes de crédit de ce pays - si la menace d’une action de groupe planait sur leur compte d’exploitation.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires