Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 11:03

Le gouvernement prend des risques, ou plus prosaïquement, tente de récupérer une boulette à son avantage. Le lapsus de Borloo ouvrant la polémique sur une hausse de la TVA n’en finit pas d’animer cet entre deux tours. Parler d’augmentation d’impôts à la veille d’une élection, ce serait casse cou si le sort des urnes était incertain, mais avec des perspectives de majorité hégémonique, le gouvernement peut se faire une petite frayeur à peu de frais.


Et surtout reprendre l’avantage en clamant que lui rompt avec les discours euphorisant et lénifiant précédant les scrutins. Sarkozy et son équipe parlent vrai aux électeurs : cette promesse de hausse de TVA nul ne doute qu’ils la tiendront ! Qu’on la baptise TVA sociale ou anti délocalisation, l’effet sur le portefeuille du consommateur est également pénalisant.


Alors pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? On nous annonce déjà que le SMIC sera moins revalorisé que ce à quoi on s’attendait. En clair, ce n’est pas demain qu’on rasera gratis…


Encore un petit effort, et la vérité sortira de la bouche de nos ministres et de notre président. Parce que le problème n’est pas cette spirale infernale qui conduit à augmenter la TVA , à relever la CSG ou à inventer une nouvelle CRDS, le parler vrai serait d’annoncer que les dépenses sociales de ce pays doivent être réduites, pas seulement maîtrisées comme toujours promis et jamais tenu.


Non, il faut lancer le balancier dans le sens d’une réduction des coûts sociaux et préparer les français à acquitter directement les prestations généreuses qui leur sont attribuées « gratuitement ».


Là serait le parler vrai. Là serait la rupture, la révolution. On veut bien comprendre que le gouvernement attende les lendemains d’élection : ne faut-il pas être élu très majoritairement pour réaliser un tel chambardement ? Alors parler de réduction des prestations : pas question.


On atteint là les limites du parler vrai !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Clomer 15/06/2007 20:04

Quand il était ministre de Raffarin, M. Fillon nous avait concocté les réformes du siècle et promis que les budgets sociaux seraient dorévavant équilibrés. Mais M. Fillon premier ministre oublie les assurances données par M. Fillon ex-ministre de Raffarin-Chirac. Quelle confiance peut-on accorder à ce type?

TOTOF 15/06/2007 08:18

Comme on dit... A chaque nouveau président, une nouvelle taxe!
l'idée de TVA sociale n'est pas neuve : SARKO en a parlé pendant sa campagne : on ne tombe tout de même pas des nues ... A préciser aussi qu'à l'origine, elle avait été évoquée par ROCARD ... Rocard, c'est le petit homme qui a pondu la CSG , payable sur tous les revenus et soit disant provisoire pour faire baisser le déficit dela sécu. Puis c'est DSK qui a remis cela sur le tapis lorsqu'il était ministre des Finances...
On a un gouvernement qui ose les évidences ... il faut transférer les charges pour rendre les entreprises concurrentielles et créer des emplois ...
Qu'aurait fait la gauche ? La même chose ... Mais elle aurait annoncé cela après son élection ...
5 points de TVA n'a aucun sens à ce jour ... comme 2 comme 10 ... comme une baisse ... Le tout est le pouvoir d'achat de chacun, des plus démunis et des classes moyennes ... Si 5 points de TVA mais hausse pouvoir d'achat de 7 : c'est tout bon ...
On s'énerve donc aujourd'hui sans savoir .
il fallait un truc aux socialistes qui n'avaient rien : la droite leur a donné un os ... ils ne sont pas près de le lâcher ! ils en oublient les 22 000 supressions de poste chez france telecom ... C'est sûrement moins grave ...