Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

2 août 2007 4 02 /08 /août /2007 18:40

Les réformes sont plus aisées à énoncer qu’à réaliser. Et les cent jours de Sarkozy n’y changeront guère. Les promesses sont tenues mais le verre n’est plein que si l’on est proche de l’UMP, de plus en plus vide plus on s’en éloigne.


Université, service minimum, non remplacement des fonctionnaires : beaucoup de mesures n’ont pas connu l’ampleur annoncée pour éviter l’ire des personnes concernées.


Certains y verront une reculade, d’autres un sens aigu des réalités. Ce qui est constant c’est que l’audace réformatrice décroît vite avec le temps et que l’impopularité ne fait pas bon ménage avec le suffrage universel !


Las ! L’espoir de voir certains tabous mis à mal est repoussé aux calendes grecques. Ainsi laisse-t-on les syndicats de fonctionnaire prétendre que le droit de grève est menacé. Qui osera briser le tabou de la grève chez les agents de la fonction publique ?


Qui pointera la contradiction entre le service de l’Etat et la mise en cause de sa gouvernance. Comment peut-on respecter le suffrage universel et s’opposer aux mesures que les élus prennent en son nom ? Et si ce droit n’est pas reconnu aux fonctionnaires dans de nombreux pays ce n’est pas pour maltraiter les agents de ces Etats, c’est par cohérence avec les principes de la démocratie.


Sans oublier qu’a contrario du secteur privé, les salariés de la fonction publique n’ont pas à craindre d’être licencié. Il n’y a aucune contre partie à l’exercice du droit de grève chez les fonctionnaires : ils ne peuvent en mettant en danger la survie de leur entreprise voir leur patron délocaliser son activité ; non ils sont protégés de tous les aléas qui parsèment la vie des salariés des entreprises de droit privé.


Alors qui mettra fin à cette discrimination, qui décidera enfin que le droit de grève est la contre partie d’une prise de risque dans un environnement où sévit le capitalisme. Mais là ou règne le monopole, ou le service de l’état, le droit de grève devra être mis hors la loi.


Ne rêvons pas, cette révolution là ne sera pas à mettre au crédit de Nicolas Sarkozy.

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

Jacques 04/08/2007 15:51

04 août 2007

Oh punaise, le “service minimum”….vite !!!!


Ainsi le Parlement vient d’adopter le “service minimum”, ce qui est un abus de langage comme la presse les aime  !!!! Il s’agit tout bonnement d’un cache-sexe pour dissimuler une nouvelle atteinte au droit de grève… Passons.
Car en fait la loi s’intitule: “loi sur la CONTINUITE du service public dans les transports terrestres”.
Alors, parlons-en de la continuité du service public à la Sncf !!!!
Avant-hier: on trouve des PUNAISES dans les couchettes de trois wagons du train de nuit Nice-Metz. Conséquence = perturbations sur cette ligne avec notamment suppression des réservations pendant plusieurs jours.
Hier: caténaire rompue (une de plus)dans le tunnel sous la Manche. Conséquence = des centaines de passagers BLOQUES SIX HEURES dans le tunnel . De nombreux autres retards. Des bouchons gigantesques sur les routes d’accès en  Grande-Bretagne et en France. A noter que le même incident s’était déjà produit le 21 Aout 2006. Mais que fait le Parlement ?????
Aujourd’hui: Un TGV heurte une voiture entre Montpellier et Lunel. Conséquence = 4h 50 de retard direct.
Retards indirects (source: le site Sncf en temps réel..) TGV Montpellier-Paris: 2h 5O de retard. Bordeaux-Montpellier: 1h45. Cerbère Metz: 2h 45. Bordeaux-Nice: 2h10.
Et v’lan, un autre incident:  Le Lille-Nice est retardé de 40 minutes suite à la “détection d’un obstacle sur les voies”.
Dans le même temps aujourd’hui on comptabilisait 842 Kms de bouchons cumulés à travers la France.
Aucun doute, la loi sur la continuité du service public porte bien son nom…..Et comme disent déjà certains journaux (pas tous de gauche, au passage…, style L’Express) : “la loi ainsi entérinée devra faire ses preuves”…..
Tous ces pauvres gens qui sont actuellement bloqués dans les trains ou dans leur voiture, faudrait que la Sofrés, la TNT et autre CSA aillent les “sonder”. Je suis sûr qu’on rigolerait bien!
Ah oui, les Députés et Sénateurs de la majorité présidentielle peuvent être fiers d’eux. En plein mois de Juillet-Août, il est absolument certain qu’ils viennent de faire oeuvre utile…….
jf.

Jacques 03/08/2007 17:13

Ah comme c'est rassurant le "haro sur les fonctionnaires"....
Encore fuadrait-il savoir de quoi on veut parler.
Car Chère Candide, ne vous en déplaise, la révocation d'un fonctionnaire pour fait de grève, çà existe en France.
En 1973, Mr Robert Galley, Ministre des Transports, a révoqué purement et simplement six Contrôleurs du Trafic Aérien pour avoir fait grève.
Au hasard, le Présdent, le Secrétaire général et un secrétair Régional du Syndicat qui avait appelé à cette grève.
Tous les autres grévistes ont été soit mutés d'office à l'autre bout de la France, soit exclus temporairement de leurs fonction pour une durée de 28 jours.
Soyez donc plus modérée dans vos avis et propositions....
Cordialement,
jf.