Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 15:29

 

 

 

L’heure n’est certes pas au bilan ; tout juste si derrière le style peut-on se risquer à décrypter  les aspects les plus déconcertants des actions impulsées par le président. Ses thuriféraires vantent déjà sa capacité à épouser les préoccupations de ses administrés, voire à les anticiper. Ses zélateurs insistent sur son savoir faire à l’égal de son faire savoir. Ses détracteurs vilipendent sa générosité au profit de ses électeurs, ses contempteurs vitupèrent son omniprésence, son hyper activité, son appropriation permanente de la couverture médiatique.


Rendons grâce à notre nouveau leader d’avoir redonné à la France une place sur la scène internationale. Quelque soit les petites combines qui assurèrent son succès, celui-ci est d’autant plus notable que son prédécesseur avait réussi à garantir notre isolement.


Voila pour le satisfecit.


Mais sur l’essentiel, sur la remise à plat des compteurs, sur la remise au diapason mondial de nos acteurs économiques le constat n’est pas à la hauteur des proclamations de campagne. Sur tous les sujets où notre pays est pris en défaut, dans les domaines où il est patent qu’il est urgent de réformer : durée du travail, déficit de la sécu, performance des entreprises, etc..., le compte n’y est pas.


Non seulement les dispositions proposées sont insuffisantes, mais elles apparaissent conduites par un sens de l’opportunisme et du consensuel plus que par une volonté de fer quitte à en payer le prix par une chute de popularité.


Jamais l’art médiatique du président n’est mis à contribution pour « vendre » à ses concitoyens l’impérieuse urgence de remettre le pays au travail, jamais la pédagogie sarkozienne ne vient au secours de ministres besogneux.  Réformer est par essence impopulaire surtout quand on prétend stopper la machine à remonter le temps, instituée par l’utopie socialiste.


Il est temps de devenir impopulaire, au risque de troquer le réformisme par de l’activisme. C’est nous semble-t-il la pente sur la quelle le président a commencé à se laisser entraîner.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Lacour 23/08/2007 19:28

Il me donne le tournis à s'agiter comme une toupie ! Assez de gesticulations ! Ce qu'on attend : des résultats, un point c'est tout.