Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 14:12

fnac.jpgAu delà du pauvre type qui s’est laissé photographier, au delà de l’abruti qui l’a immortalisé il s’est trouvé des français "normaux" pour juger ce cliché digne d’être récompensé, il s’est trouvé un responsable d’un magasin « culturel » pour le féliciter !

C’est le coté sordide de l’affaire plus que les deux abrutis qu’il a fallu réunir pour produire cette obscénité.

Qu’aucun des membres du Jury, qu’aucun responsable de la FNAC n’ait estimé cette photo révoltante devrait susciter l’indignation et mener directement à la révocation de ceux qui dans l’exercice de leur fonction ont toléré cette provocation.

A commencer par le patron de la FNAC !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires

Romain Bastide 21/04/2010 18:17



Rien à ajouter aux commentaires que l’on trouve sur le lien que donne Candide, et qui, dans l’ensemble, émanent de gens outrés à juste
titre, sinon que cette affaire est l’illustration parfaite du fossé qu’il y a entre le politiquement incorrect, indispensable à toute réflexion sociétale (cf ce blog par exemple), et la provoc’
ordurière, qui cache le plus souvent un grand vide intellectuel ou créatif, et qui va, le plus souvent aussi, dans le sens du courant. La FNAC, soi-disant « agitateur » ne sort pas
grandie d’avoir préférée la seconde au premier. A ce train là, quel sera le gagnant de l’année prochaine ? Une photo montrant des prêtres tabassant un handicapé mental ? Je veux
bien croire que les auteurs du clichés n’y ont vu là qu’une bonne occasion de rire et sont les premiers dépassés par l’ampleur de l’évènement,  mais
il y a derrière la décision du jury une vision malsaine de la culture assez répandue chez certaines élites, et un goût morbide  pour le vulgaire et le
sacrilège, ce qui est toujours signe d’ignorance et de médiocrité. Le cliché n’ayant aucune réelle portée politique, il n’est rien d’autre qu’incorrect.