Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 22:12
Les sondages se suivent et l’hypothèse d’une très large victoire de la gauche aux régionales, se succédant à elle même dans la quasi totalité des régions, est vraisemblable.

La gauche n’existe plus au niveau planétaire, où quelques vestiges du communisme ne survivent plus que dans des ilots militarisés, sauf à mettre dans cette catégorie une poignée de leaders charismatiques, plus bateleurs qu’idéologues. Chavez étant emblématique.

L’Europe s’est donné un parlement de droite pas plus tard qu’en 2009 en envoyant à Strasbourg une forte majorité issue de 27 pays pour conduire une politique libérale à l’opposé du dogme socialiste.

En 1995 la France a fermé la parenthèse de gauche ouverte en 1981 Les tentatives de retour d’un président socialiste se sont heurtées à une réalité incontournable :  les forces conservatrices sont surnuméraires chez les français quand il s’agit d’élire le premier d’entre eux.

Alors que signifie qu’au niveau des régions le même électorat préfére la rhétorique socialiste qu’elle rejette quand il s’agit de gérer le pays ?

Certains incrimineront le mode de scrutin, mais quand on cumule les suffrages il apparaît clairement qu’en cas de présidentiel le cumul de voix est majoritairement de droite alors qu’aux régionales les voix de gauche l’emportent spectaculairement.

L’électeur est-il versatile, à moins que sincèrement il croit aux vertus sociales pour l’échelon local et considère les candidats de droite plus susceptibles de défendre l’état ou la nation ?

Autre hypothèse, peu importe l’idéologie, la présidentielle se jouerait sur une affinité ente le peuple et le prétendant au poste suprême, relation intuitu personae qui n’aurait pas d’équivalent dans les élections locales ? Et les candidats de droite auraient cette qualité d’empathie manquant à ceux de gauche – à l’exception de Mitterrand qui n’aurait pas laissé de descendant…

Dernière hypothèse : si tout simplement à gauche les promesses des élus de proximité semblaient plus crédibles que celles de leurs présidentiables.  A ce jeu là les prétentions socialistes de changer le monde pour le mettre au diapason gaulois souffrirait d’un manque cruel de crédibilité, alors que celui de changer la vie de la région paraitrait plausible ?

Il doit quand même il y avoir une bonne raison !

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article

commentaires

bernard 06/02/2010 10:50


Rien de bien nouveau comparé à 2004. Impopularité du chef de l'état = montée extreme droite et vote massif au profit de l'opposition.
Rien de nouveau à chaque élection. Si SARKO avait des législatives demain matin , il perdrait sa majorité.


jean 04/02/2010 23:41


En tout cas jean paul Huchon a compris. On ne voit plus que lui dans les actualités regionales prendre le train et le metro.Apres 12 ans à se faire vehiculer dans sa limousine avec son
chauffeur.
Pour le RER A il est coupable mais pas responsable.
Et donc Il sera reelu.
AMEN.