Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 21:45
perrier.jpgPerrier Toyota : tout semble les séparer, un produit d’une biblique simplicité vs un produit de haute technologie. Pourtant à quelques 20 ans d’écart l’ex roi de l’eau gazeuse et le nouvel empereur de l’automobile  sont confrontés au même désastre industriel sur le marché américain.

L’obligation de rappeler ses
quarts pour le premier, ses voitures pour le second n’est que l’aboutissement d’un processus qui fait de l’EPS* le roi, avant d’en être la victime. – 20 % sur la valorisation de Toyota en quelques jours.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets on peut déjà affirmer : que rien ne sera plus comme avant et que le leaderstoyota.jpghip de Toyota est perdu pour longtemps. Perrier n'a jamais retrouvé sa position d'avant l'accident.

Nul ne songe à reprocher aux concurrents en embuscade de s’engouffrer dans la brèche, d’autant que rien ne les met à l’abri d’un revers de fortune.

Les leçons de l’échec seront –elles tirées ? Alors qu’un patient travail de fourmi avait permis à Toyota de détrôner le colosse de Detroit sa précipitation à asseoir sa suprématie lui a fait abandonner les méthodes qui avaient fait son succès. C’est une contre révolution qu’il faudra mener pour redonner aux valeurs d’antan le poids qui leur a récemment manqué aboutissant aux conséquences désastreuses que l’on sait. Une contre révolution ne réussit jamais avec les équipes qui ont conduit à la nécessité d'un renversement. Voir le système banquaire pour ceux qui en douteraient.

L’arrogance est semble-t-il le vice caché qui défait les leaders. Kodak n’existe plus, IBM n’est pas même l’ombre de ce qu’il fut, On ne parle plus de MicroSoft déjà en route pour les oubliettes. Apple et Google sont sur la liste des prochaines victimes du fléau qui entraîne, plus que la maximisation de l’EPS, les sociétés vers le déclin.

Peut-on réussir et rester humble ? C’est la question shakespearienne qui se pose aux leaders.



* Earning per share


Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article

commentaires

madelaine 07/02/2010 13:30


c'est aussi : les arbres ne montent pas jusqu'au ciel.
                  la roche tarpeienne est proche du capitole.
Tous ces adages peuvent aussi se mediter lorsqu'on est un boursier impenitent ou un politique au sommet de la gloire. Il n'y a que l'entropie pour echapper à cette fatalité.